Robinhood dans le viseur du gendarme boursier américain

Par , publié le 4 septembre 2020

Nouveaux problèmes en perspective pour Robinhood. Selon le Wall Street Journal, la très populaire application de courtage est en effet dans le collimateur de la Securities & Exchange Commission (SEC). Le gendarme boursier américain lui reproche d’avoir caché à ses utilisateurs qu’elle revendait leurs ordres à des firmes de trading à haute fréquence – une pratique légale mais très controversée qui représente plus des deux tiers de son chiffre d’affaires. L’entreprise américaine pourrait se voir infliger une amende supérieure à 10 millions de dollars, potentiellement dans le cadre d’un accord à l’amiable.

Pas de commissions – Fondé en 2013, Robinhood a révolutionné le courtage en ligne aux Etats-Unis, grâce à sa simplicité d’utilisation et surtout à l’absence de commissions. Si bien que les grands acteurs du secteur, comme Charles Schwab et TD Ameritrade, ont fini par s’aligner sur sa politique tarifaire. Le succès de la plate-forme a bondi pendant la crise du coronavirus, avec la chute puis le spectaculaire rebond des marchés financiers. En mai, elle revendiquait 13 millions d’utilisateurs, soit 3 millions de plus que fin 2019. Et elle assure avoir réalisé davantage de transactions que ses grands rivaux en juin. Profitant de cette dynamique, elle a levé 800 millions de dollars cette année. Et atteint une valorisation de 11,2 milliards.

Monétisation en coulisses – Pour compenser l’absence de frais de courtage, Robinhood se rémunère en réinvestissant les sommes déposées par ses clients mais non investies en actions. La société off…

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Votre rendez-vous quotidien pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !