Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 21 septembre 2020

Pour Oracle, ce n’est pas seulement un investissement. C’est surtout une vitrine technologique. En nouant un “partenariat technique” avec TikTok, le groupe américain espère bien donner un coup de fouet à son activité de cloud d’infrastructure. Et ainsi rivaliser à terme avec les trois poids lourds du secteur – Amazon Web Services, Microsoft Azure et Google Cloud. “Nous avons maintenant le bateau le plus rapide, donc nous allons gagner”, promettait encore récemment Larry Ellison, le fondateur de l’entreprise. Au deuxième trimestre, sa part de marché n’était pourtant que de 2%, selon les estimations du cabinet Synergy Research.

Un investissement de 7,5 milliards ? – L’accord trouvé avec ByteDance, la maison-mère de la populaire application vidéo, prévoit la création d’une entreprise américaine, baptisée TikTok Global. Oracle détiendra 12,5% du capital. Le prix de transaction n’a pas été communiqué, mais il pourrait se chiffrer à 7,5 milliards de dollars. La société sera par ailleurs chargée d’héberger les données des utilisateurs dans son cloud et devra s’assurer que le code source ne contient pas de porte dérobée pour envoyer des informations vers la Chine. Un contrat qui pourrait atteindre entre 200 et 300 millions de dollars par an, prédit Kirk Materne, analyste chez Evercore.

Les résultats tardent – Fondé en 1977, Oracle est surtout connu pour son système de gestion des bases de données. Mais l’éditeur n’a pas anticipé les évolutions du marché, se laissant déborder par de nouveaux entrants. Depuis six ans, il tente de devenir un acteur majeur dans le cloud d’infrastructure, n’hésitant pas à investir massivement pour débaucher chez AWS et Microsoft. Malgré les grandes promesses, les résultats ont longtemps tardé à se matérialiser. Mais la tendance est en train de s’inverser, assure Oracle, grâce au déploiement de son infrastructure de deuxième génération. “De plus en plus de clients veulent transférer leurs bases de données sur notre cloud”, assure Safra Catz, la directrice générale.

Une deuxième vitrine – Ces derniers mois, la société ainsi a officialisé plusieurs contrats importants. Sa plus belle prise: Zoom, la plate-forme de visioconférence qui a connu un bond spectaculaire de son activité pendant le confinement. TikTok va constituer une deuxième vitrine, qui pourra régulièrement être mise en avant pour convaincre de la supériorité de son offre. Alors qu’Oracle doit affronter des acteurs plus réputés, “ce partenariat va apporter de la crédibilité supplémentaire à son cloud”, souligne Kirk Materne. Plus que le chiffre d’affaires généré, c’est l’impact en terme d’image de marque qui doit lui permettre de faire, enfin, bouger les lignes.


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed