Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 14 octobre 2020

Changement majeur de stratégie pour Apple. Près de trois ans après le lancement de sa première enceinte connectée, le groupe à la pomme a présenté mardi un deuxième modèle bien moins haut de gamme. Et surtout presque quatre fois moins cher. Baptisé HomePod Mini, l’appareil sera vendu 99 euros, contre 349 euros pour son prédécesseur. Ce grand écart est une forme d’aveu: le positionnement tarifaire et la proposition de valeur de la première version ne correspondaient aux attentes des consommateurs.

Pas dans le top 5 – Apple n’a jamais communiqué les chiffres de vente du HomePod, lancé en février 2018 aux Etats-Unis. Selon les estimations du cabinet Strategy Analytics, 2,6 millions d’unités ont été écoulées au cours du quatrième trimestre 2019. Une performance qui ne plaçait même pas Apple dans le top 5, nettement dominé par Amazon et Google. La société était également devancée par trois concurrents chinois: Baidu, Alibaba et Xiaomi. Avec un prix de 99 euros/dollars, elle se retrouvera enfin en concurrence directe avec la dernière Amazon Echo et la nouvelle Google Nest Audio. Et pourra donc rivaliser sur le plus gros segment du marché.

L’handicap Siri – Au-delà du prix, Apple a également adapté son discours marketing. L’objectif n’est plus de “révolutionner la façon dont nous écoutons de la musique à la maison”, comme le promettait son patron Tim Cook en 2017. Le HomePod Mini est présenté comme un “puissant assistant connecté”, une formule peu, voire pas, utilisée pour décrire son prédécesseur. Apple conserve cependant plusieurs handicaps. D’abord, son assistant vocal Siri, qui permet d’interagir avec l’appareil. Pionnier du marché, le programme a depuis été dépassé. Malgré des progrès, il est ainsi considéré comme en retard sur ses rivaux, le Google Assistant et Alexa d’Amazon.

Pas applications extérieures – Ensuite, l’expérience HomePod est essentiellement limitée aux services proposés par Apple. La plate-forme n’est en effet pas ouverte aux applications extérieures, pouvant ajouter des fonctionnalités. A l’opposé, Amazon revendique plus de 100.000 “compétences”. Et Google plus d’un million d'”actions”. Pour le moment, le HomePod n’est ainsi compatible qu’avec Apple Music, l’offre maison de streaming. Le groupe, qui fait face à des accusations de concurrence déloyale, a promis cet été de s’ouvrir aux autres services. Mardi, il a assuré qu’Amazon Music et Pandora seraient bientôt disponibles. Il n’a cependant pas cité Spotify, avec lequel il est en conflit.

Pour aller plus loin:
– Avec ses nouveaux iPhone, Apple vise un “super cycle”
– Apple accentue son offensive dans les services


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed