Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 16 octobre 2020

Propulsé au rang d’outil incontournable par la généralisation du télétravail et des cours à domicile, Zoom voit plus grand. Mercredi, le spécialiste de la visioconférence a annoncé deux nouvelles fonctionnalités: l’organisation d’événements virtuels payants et l’intégration d’applications tierces. Il espère ainsi tirer profit de sa nouvelle popularité pour prendre pied sur les usages qui ont émergé avec l’épidémie de coronavirus. “Zoom doit devenir bien plus qu’une simple plate-forme de communication vidéo”, explique Eric Yuan, son co-fondateur et patron.

Pas de commissions, pour l’instant – Avec son service d’événements, Zoom riposte à Facebook, qui a lancé une fonctionnalité similaire cet été. Baptisé onZoom, celui-ci n’est pour l’instant disponible qu’aux Etats-Unis, mais la société promet de le déployer dans les autres pays l’année prochaine. Il permet par exemple de diffuser des cours de yoga, des séances de fitness, des ateliers de cuisine ou des conférences. Soit autant d’activités limitées voire interdites actuellement, et qui s’effectuent donc de plus en plus en ligne. Chaque hôte peut vendre jusqu’à 1.000 tickets, sur lesquels Zoom ne prélèvera pas de commission jusqu’à la fin de l’année. Ensuite, OnZoom pourrait représenter un relais de croissance, d’autant plus important que l’organisation d’événements est réservée aux abonnés payants.

Devenir une plate-forme collaborative –  Deuxième nouveauté: les zapps, des applications directement intégrées à Zoom qui offriront davantage d’options aux utilisateurs. L’entreprise a dévoilé une liste de 35 partenaires présents pour leur lancement prévu avant la fin de l’année. On y retrouve Salesforce, Slack, Dropbox ou encore Asana. L’objectif est ainsi de devenir une véritable plate-forme collaborative, offrant tous les outils nécessaires à portée de clic. L’enjeu est de taille alors que Zoom doit faire face à la concurrence de Microsoft, de Google et d’autres acteurs. Les zapps pourraient par ailleurs constituer une nouvelle source de recettes si la société récupère une commission sur les d’applications payantes.

Bond de l’activité – Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, Zoom a enregistré une croissance vertigineuse. La plate-forme revendique plus de 300 millions de participants par jour. Au deuxième trimestre, 370.000 entreprises d’au moins 10 salariés étaient abonnées, soit 5,5 fois plus qu’un an plus tôt. Parmi elles, près de 1.000 versent plus de 100.000 dollars par an. Sur la période, son chiffre d’affaires a été multiplié par 4,5, dépassant les 600 millions de dollars. Ses profits sont passés de 5,5 millions à 186 millions. Parallèlement, son action s’est envolée de 689% depuis le début de l’année. Et sa capitalisation dépasse désormais les 150 milliards de dollars (128 milliards d’euros). C’est davantage qu’IBM.

Pour aller plus loin:
Le télétravail fait bondir l’activité de Zoom
– Avec le coronavirus, les start-up de fitness ont le vent en poupe


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed