Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 19 octobre 2020

Devenir l’Android de la voiture électrique. C’est la nouvelle ambition de Foxconn, qui a présenté en fin de semaine dernière une plate-forme technologique destinée aux constructeurs automobiles. Le géant taïwanais de la sous-traitance électronique, qui cherche à être moins dépendant des commandes d’Apple, assure que ces outils leur permettront de réduire le temps et l’investissement nécessaires pour lancer de nouveaux modèles. Ce qui doit leur permettre de mieux rivaliser avec Tesla, le leader du marché que les dirigeants de Foxconn présentent comme l’iPhone du véhicule électrique.

Batterie solide – Baptisée MIH, cette plate-forme propose d’abord différents châssis, entièrement ajustables selon les besoins des constructeurs, qui seront ensuite assemblés par Foxconn. Sans entrer dans les détails, la société promet également d’offrir différents logiciels, notamment des systèmes d’aide à la conduite, de gestion de flotte ou encore de robot taxis. A partir de 2024, Foxconn souhaite par ailleurs proposer une batterie à électrolyte solide, une technologie qui pourrait résoudre les limites des actuelles batteries lithium-ion. Le groupe espère équiper un premier véhicule dans deux ans. Puis 10% de la production mondiale entre 2025 et 2027.

Partenariat avec Fiat Chrysler – Surtout connu pour fabriquer les iPhone, Foxconn possède déjà une branche automobile, qui fournit notamment des composants à Tesla et à BMW. Son chiffre d’affaires reste cependant relativement faible: moins de 300 millions d’euros en 2019. Mais la société est bien décidée à accélérer. En janvier, elle a annoncé la prochaine création d’une co-entreprise avec Fiat Chrysler pour produire des voitures électriques destinées au marché chinois. En août, elle a conclu un accord similaire avec Yulon Group, le deuxième constructeur taïwanais. D’autres co-entreprises pourraient être officialisées en novembre.

Diversifier son activité – Pour Foxconn, l’automobile est un moyen de diversifier son activité, alors qu’Apple représente actuellement près de la moitié de son chiffre d’affaires. Le sous-traitant, qui travaille également avec Amazon, Google, Sony ou encore HP, est ainsi très dépendant du marché du smartphone. Or, les ventes devraient enregistrer en 2020 leur quatrième année consécutive de baisse – avec un repli attendu à près de 10% par le cabinet IDC. Sur les neuf premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires de Foxconn a ainsi reculé de 7%. Le groupe vise également les marchés de la robotique, du matériel médical et des semi-conducteurs.

Pour aller plus loin:
Grâce à de nouvelles batteries, Tesla promet de casser les prix
– Northvolt lève 600 millions de dollars pour lancer une “gigafactory” européenne


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed