Par , publié le 12 novembre 2020

Demander à ses clients de recharger eux-mêmes les trottinettes électriques qu’ils louent. C’est le pari de Tier, l’un des leaders européens du marché, qui a officialisé mardi une levée de fonds de 250 millions de dollars (212 millions d’euros), menée par le fonds Vision Fund de Softbank. Pour imposer son modèle, la start-up allemande s’appuie sur des modèles équipés de batteries amovibles. Celles-ci peuvent être échangées en quelques instants grâce à un réseau de points de recharge déployé dans les centres-villes. Elle espère ainsi gagner en efficacité et réduire ses coûts, sur un marché qui cherche encore le bon équilibre économique.

Déjà rentable ? – Fondée à l’été 2018, Tier Mobility surfe sur la mode des trottinettes électriques en libre-service, lancée par les sociétés américaines Bird et Lime. Sa plate-forme de location est disponible dans un peu plus de 80 villes en Europe, dont la moitié en Allemagne. En France, elle a fait partie des trois lauréats du récent appel d’offres organisé à Paris. L’entreprise assure être rentable depuis cet été, mais sur une base ajustée qui exclut certaines dépenses. Son dernier tour de table doit lui permettre de s’implanter dans de nouvelles villes, une étape qui requiert beaucoup de capitaux pour déployer une flotte et pour gagner des parts de marché. Et de se lancer sur de nouveaux segments, comme les scooters électriques.

Batteries amovibles – Tier se distingue de ses principaux rivaux sur la recharge. Historiquement, celle-ci repose sur une armée de travailleurs indépendants, rémunérés quelques euros par trottinette rechargée. Plus récemment, les plates-formes ont mis en place des équipes internes, chargées de collecter tous les appareils en fin de journée, de les recharger dans un entrepôt puis de les redéployer le lendemain matin. Ce système s’est fortement développé en Europe, où il fait souvent partie des conditions pour participer à un appel d’offres. Mais il requiert une importante logistique et immobilise les trottinettes pendant plusieurs heures. Tier a opté pour une nouvelle voie: équiper ses trottinettes de batteries amovibles que des équipes mobiles vont remplacent directement dans la rue.

Stations de recharge – Ce modèle simplifie l’organisation et permet aux véhicules d’être opérationnels une plus grande partie de la journée, un élément important pour mieux amortir les coûts fixes. Mais l’entreprise souhaite aller encore plus loin. Elle ambitionne d’installer, dans des commerces partenaires, des stations de recharge pouvant accueillir quatre batteries. Celles-ci permettront aux clients qui le souhaitent de changer eux-mêmes une batterie déchargée. En échange, ils recevront un trajet gratuit de 15 minutes. Ce système va d’abord être lancé dans la ville de Tampere en Finlande, avant d’être déployé à grande échelle en 2021. En mettant ses clients à contribution, Tier espère ainsi encore abaisser ses coûts.

Pour aller plus loin:
Uber met à la casse des milliers de vélos


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed