Face à Netflix, les studios Warner Bros font tapis sur le streaming

Par , publié le 6 décembre 2020

Il y a quinze jours, WarnerMedia avait déjà fait des vagues à Hollywood, en annonçant que Wonder Woman 1984, son gros blockbuster de fin d’année, serait disponible en streaming le même jour que sa sortie en salles. Jeudi, la maison-mère des studios Warner Bros a frappé encore plus fort: les 17 films qu’elle prévoit de lancer en 2021 connaîtront également une sortie simultanée aux Etats-Unis. Impensable il y a encore quelques mois, cette décision a, bien entendu, été précipitée par l’épidémie du coronavirus – qui a fait plonger la fréquentation des cinémas. Mais elle s’inscrit aussi dans un mouvement de bascule, rapide et peut-être irréversible, vers le streaming.

HBO Max – Matrix 4, le remake de Dune ou encore Godzilla vs Kong seront ainsi accessibles pendant un mois sur HBO Max. Un sacré coup de fouet pour la plate-forme inaugurée au printemps par WarnerMedia aux Etats-Unis et dont le lancement mondial est attendu en 2021. Celle-ci peine en effet à véritablement trouver sa place sur un marché très concurrentiel. Face à Netflix ou Disney +, elle est pénalisée par plusieurs handicaps. D’abord, une certaine confusion avec HBO Go et HBO Max, les deux autres offres de streaming de la grande chaîne câblée américaine. Ensuite, son prix plus élevé: 15 dollars par mois. Et enfin, son absence des populaires boîtiers Roku.

Stratégie différente – Le choix de WarnerMedia est financièrement risqué. En 2017, le précédent Wonder Woman avait, par exemple, généré plus de 400 millions de dollars au box-office américain. De fait, les autres géants d’Hollywood n’ont pas suivi la même voie. Disney, qui avait pulvérisé tous les records en 2019, a préféré repousser la sortie de quasiment tous ses blockbusters, estimant que le manque à gagner serait trop important. Exception notable: Mulan, lancé directement sur Disney+ mais pour lequel il fallait dépenser 30 dollars supplémentaires. De son côté, Paramount a choisi de vendre les droits de ses films à Netflix ou Amazon Prime, plutôt que de les lancer sur l’offre de streaming de ViacomCBS, sa maison mère.

Tournant historique ? – C’est la première décision forte de Jason Kilar, le nouveau PDG de WarnerMedia et ancien patron de Hulu. Et peut-être le début d’un changement majeur à Hollywood. S’ils ont bien compris l’intérêt du modèle de distribution directe (direct-to-consumer), les grands groupes de divertissement hésitent encore à tout miser sur le streaming. Car les entrées en salles génèrent d’importantes recettes, qu’ils ne sont pas certains de pouvoir compenser avec des abonnements. Ce dilemme représente un frein majeur dans leur bataille contre Netflix, qui peut proposer immédiatement à ses abonnés toutes ses productions originales. Les prochains chiffres de HBO Max seront donc particulièrement observés. Et pourraient constituer un tournant historique.

Pour aller plus loin:
– Un an après son lancement, Disney+ fait un carton
– Pourquoi Netflix continue d’augmenter ses prix

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité