Par , publié le 1 mars 2021

Même si le bitcoin a abandonné la semaine dernière une partie de ses spectaculaires gains, le timing semble idéal. Jeudi, Coinbase a officiellement lancé sa procédure d’introduction en Bourse. Une opération qui pourrait valoriser cette plateforme américaine d’échange de cryptomonnaies à plus de 100 milliards de dollars (82 milliards d’euros). Ce serait du jamais vu à Wall Street depuis les débuts boursiers de Facebook en mai 2012. La dernière valorisation connue de Coinbase, qui remonte à une levée de fonds menée en 2018, ne s’élevait qu’à 8 milliards de dollars.

Déjà très rentable – Fondée en 2012, Coinbase profite depuis un an de l’envolée des cours du bitcoin, passés de 5.000 dollars en mars dernier à un record historique de 57.000 dollars la semaine dernière. En 2020, 11 millions de personnes ont ouvert un compte sur la plateforme. Signe de l’évolution du marché, la société compte aussi plus de 7.000 clients institutionnels, c’est-à-dire des entreprises et des fonds qui souhaitent investir dans les cryptomonnaies. En 2020, le volume de transactions a progressé de 140%. Et le chiffre d’affaires, essentiellement tiré de commissions prélevées sur les échanges, a plus que doublé, à 1,3 milliard de dollars. Coinbase est aussi très rentable, avec des profits de 322 millions.

Dépendante des cours – Dans son prospectus d’introduction, l’entreprise américaine reconnaît cependant que son niveau d’activité dépend fortement de l’évolution des cours des cryptomonnaies. Elle n’est donc pas à l’abri d’un violent retournement du marché, comme cela a déjà été le cas en 2018. Cette année-là, les cours du bitcoin avaient été divisés par plus de six. Le volume de transactions sur Coinbase avait alors plongé, passant de 56 milliards de dollars au premier trimestre à seulement 11 milliards au quatrième trimestre. “Nous pourrions dégager des profits quand nos recettes seront élevées et nous pourrions perdre de l’argent quand elles seront faibles”, prévient ainsi Brian Armstrong, le patron de Coinbase.

Réglementation – Un autre risque existe: un durcissement du contexte réglementaire, notamment après les déclarations la semaine dernière de Janet Yellen, la nouvelle secrétaire américaine au Trésor. Pour les investisseurs, tout cela signifie un niveau d’incertitudes beaucoup plus élevé qu’habituellement. Car celui-ci dépend principalement de facteurs extérieurs, sur lesquels Coinbase ne peut pas agir. Face aux doutes de certains investisseurs, la société pourra très certainement répondre par des performances financières encore plus impressionnantes au premier trimestre 2021, qui a vu les cours des cryptomonnaies s’envoler. Et elle pourrait aussi bénéficier d’un contexte boursier très favorable aux introductions en Bourse des sociétés technologiques.

Pour aller plus loin:
Dans la Silicon Valley, les introductions en Bourse font débat
Accusé de protéger Wall Street, Robinhood en pleine tourmente


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed