Par , publié le 2 mars 2021

Le changement est un peu passé inaperçu. Fin février, le prix de Disney+ a augmenté de deux euros en Europe, passant de 7 à 9 euros par mois. D’abord, parce que ceux qui étaient déjà abonnés ne sont pas concernés par ce nouveau tarif jusqu’à fin août. Ensuite, parce que celui-ci s’accompagne d’une nouvelle offre, sur laquelle le créateur de Mickey a axé toute sa communication: Star, le pendant international de Hulu, qui propose des films et des séries plus “adultes”, issus notamment du catalogue Fox et ABC. Les clients britanniques et australiens ont connu des hausses similaires. Et fin mars, les abonnés américains devront dépenser un dollar de plus par mois – sans aucune contrepartie.

Offre indispensable – Sur un marché de plus en plus concurrentiel, la décision de Disney peut sembler risquée. Dans les faits, elle ne l’est pas vraiment, comme le démontre l’évolution de Netflix, qui a continué à gagner des abonnés malgré une importante augmentation des prix ces dernières années. Forte de ses 95 millions d’abonnés, Disney+ s’est en effet rapidement imposée comme la deuxième offre de streaming du marché, grâce à son catalogue riche en classiques et franchises à succès. Pour certains publics, comme les familles, la plateforme est même devenue indispensable. En outre, son tarif de lancement était très agressif, lui laissant ainsi une marge de manœuvre.

Revenu moyen par utilisateur – Il est donc peu probable que de nombreux abonnés de Disney + annulent leur abonnement pour un dollar ou deux euros de plus par mois. Ni même que la croissance du nombre de clients ne ralentisse. La société vise d’ailleurs entre 230 et 260 millions d’abonnés d’ici à 2024, soit davantage que Netflix aujourd’hui. En augmentant ses prix, le groupe californien cherche avant tout à améliorer les indicateurs financiers de son service de streaming. Et en particulier, le revenu moyen par utilisateur. Non seulement celui-ci est nettement inférieur à celui de son rival (4 dollars contre 11 dollars), mais il ne cesse de baisser en raison du succès des offres à bas prix en Inde et en Indonésie.

Contenus exclusifs – L’exemple de Netflix et la différence de prix avec la concurrence laissent à penser que la hausse des tarifs de Disney+ ne fait que commencer. D’autant que l’entreprise prévoit d’accélérer la création de contenus exclusifs à sa plateforme de streaming. Au cours des prochaines années, elle promet par exemple de lancer quinze films Disney, dix séries Star Wars ou encore dix séries Marvel. Cet effort important en termes de production doit résoudre le principal problème de Disney+: le faible renouvellement de son catalogue. Mais il a un coût important: entre 8 et 9 milliards de dollars par an en 2024.

Pour aller plus loin:
– Un an après son lancement, Disney+ fait un carton
– Pourquoi Netflix continue d’augmenter ses prix


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed