Par , publié le 12 mai 2021

Malgré les critiques, Facebook n’a pas l’intention d’abandonner son projet d’Instagram pour les enfants. Le réseau social l’a réaffirmé lundi, en réponse à un courrier signé par les procureurs généraux de 44 Etats américains. “Que les adultes le veuillent ou non, les enfants sont connectés en permanence, note l’entreprise. Nous souhaitons améliorer les choses en donnant aux parents de la visibilité et le contrôle sur ce que font leurs enfants en ligne”. Facebook souligne également que cette version dédiée aux plus jeunes n’est pas encore finalisé. Et assure travailler avec des experts du développement de l’enfant.

Facile à contourner – Comme les autres réseaux sociaux, Instagram est théoriquement interdit aux moins de 13 ans. Cela s’explique par une loi votée en 1998 aux Etats-Unis, qui requiert l’autorisation des parents pour collecter des données et cibler publicitairement des enfants. Une obligation jugée trop compliquée à mettre en place par les sociétés du secteur, qui préfèrent ainsi limiter l’accès à leurs plateformes plutôt que de risquer des sanctions – en 2019, TikTok avait été condamné à une amende de près de 6 millions de dollars. Cependant, cette règle peut facilement être contournée: il suffit de renseigner une fausse date d’anniversaire lors de l’inscription.

“Créer un besoin” – C’est pour mettre fin à cette situation que Facebook assure vouloir créer une version d’Instagram pour les moins de 13 ans. Celle-ci doit permettre d’encadrer une pratique déjà répandue, en y ajoutant des garde-fous et des outils de contrôle pour rassurer les parents. L’expérience offerte sera similaire à celle proposée aux adolescents et aux adultes. Cette logique, qui avait déjà conduit au lancement de Messenger Kids, est différente de celle suivie par TikTok. L’application de courtes vidéos limite désormais sévèrement l’activité des enfants. L’argumentaire de Facebook ne satisfait pas les procureurs généraux, qui estiment qu’il “ne cherche pas à répondre à un besoin, mais à en créer un”.

Contrer TikTok – Cette version dédiée devrait en effet permettre à Instagram d’étendre son audience chez les moins de 13 ans. Par exemple, en convainquant certains parents qui interdisaient jusqu’à présent à leurs enfants de créer un compte. L’an passé, Messenger Kids revendiquait 7 millions d’utilisateurs par mois, principalement chez les 6-8 ans. Facebook promet de ne pas monétiser cette audience: comme sur Messenger Kids, aucune publicité ne sera affichée. L’objectif de l’entreprise est ailleurs. Elle souhaite surtout fidéliser un nouveau public, qui n’a pas le droit aujourd’hui d’utiliser les réseaux sociaux. Et ainsi éviter qu’il ne rejoigne ensuite TikTok ou Snapchat.

Pour aller plus loin:
– Les Etats-Unis recommandent de démanteler Facebook
– TikTok se dote d’un nouveau patron pour accélérer sa monétisation


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Votre rendez-vous quotidien pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !