Par , publié le 26 mai 2021

C’est du jamais vu dans le secteur des fermes verticales. Et le symbole de perspectives de plus en plus prometteuses. Mardi, le spécialiste américain Bowery Farming a officialisé une levée de fonds record de 300 millions de dollars (246 millions d’euros). L’opération, à laquelle ont participé plusieurs célébrités comme Justin Timberlake et Natalie Portman, a été réalisée sur la base d’une valorisation, elle aussi record, de 2,3 milliards de dollars. Après avoir connu une forte croissance de son activité l’an passé, la société souhaite construire de nouvelles fermes et produire encore plus de variétés de fruits et légumes.

Consommation d’eau minimale – Le principe des fermes verticales est de remplacer la surface au sol par la hauteur. La culture s’y fait hors-sol, sur des étagères placées les unes au-dessus des autres. Tout le processus (exposition à la lumière, apports en nutriments et en eau…) est contrôlé automatiquement par des algorithmes afin de créer les conditions optimales. Cela permet de réduire drastiquement la consommation d’eau par rapport à l’agriculture traditionnelle. Et de n’utiliser aucun pesticide. Bowery revendique également une production sans émission de CO2. Autre avantage: la possibilité de cultiver à proximité des lieux de consommation, ce qui permet de réduire les distances de transport.

750% de croissance – Lancé en 2014 à New York, Bowery compte déjà deux fermes dans le Nord-Est des Etats-Unis. La société produit 13 variétés de salades et d’herbes, qu’elle vend dans environ 850 magasins – notamment des Walmart et des Whole Foods, la chaîne de supermarchés rachetée en 2018 par Amazon. Depuis janvier 2020, ses ventes auraient grimpé de 750%. Pour accélérer, elle ambitionne de construire des fermes dans d’autres régions américaines, et potentiellement à l’étranger. Et d’améliorer sa technologie, des logiciels aux robots qu’elle utilise, pour augmenter sa productivité. Elle souhaite aussi diversifier ses cultures, en faisant pousser des tomates, des concombres ou encore des fruits rouges.

“Centaines de fermes” –  Si le concept des fermes verticales n’est pas nouveau, il rencontre un intérêt grandissant en raison des préoccupations environnementales. L’an passé, les sociétés du secteur, dont l’allemande Infarm, ont ainsi levé près de deux milliards de dollars auprès d’investisseurs, selon les décomptes effectués par le cabinet PitchBook. C’est trois fois plus qu’en 2019. “Dans le futur, nous aurons des centaines de fermes qui produiront localement des produits sains, frais et délicieux”, prédit Irving Fain, le fondateur et patron de Bowery. L’entreprise assure que ses prix sont inférieurs aux salades et herbes aromatiques bio. Mais elle n’indique pas si sa production est rentable.

Pour aller plus loin:
– Avec Infarm, les fermes urbaines s’invitent au supermarché
– L’éleveur de vers Ÿnsect fait un pas supplémentaire vers l’alimentation humaine


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Votre rendez-vous quotidien pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !