Le responsable de l’Apple Car débauché par Ford

Par , publié le 8 septembre 2021

Nouveau coup de frein pour l’Apple Car. Mardi, le groupe à la pomme a enregistré le départ de Doug Field, qui dirigeait le développement de la voiture électrique et autonome. Débauché par le constructeur américain Ford, cet ancien de Tesla avait été recruté en 2018 pour donner une nouvelle impulsion à un projet ambitieux, mobilisant plusieurs milliers d’employés, mais qui n’avançait plus. Son départ menace désormais d’allonger encore davantage les délais. D’autant plus que trois hauts responsables ont également quitté l’entreprise de Cupertino depuis le début de l’année.

Changements de cap – Pour lancer ses efforts dans l’automobile en 2014, Apple s’était donné les moyens de ses ambitions, recrutant massivement des ingénieurs de Tesla, Mercedes ou encore Volkswagen. Mais le projet, baptisé Titan en interne, a surtout connu de multiples changements de cap, au gré des difficultés rencontrées et des mouvements à sa tête. En 2016, la société avait ainsi revu ses ambitions à la baisse, renonçant à concevoir elle-même une voiture, pour se concentrer uniquement sur le développement des technologies autonomes, du système de lidars aux logiciels. Avant de changer d’avis deux ans plus tard, lors de l’arrivée de Doug Field.

Retard – Concevoir une voiture autonome est une tâche beaucoup plus complexe que ne l’imaginaient les entreprises qui se sont lancées. Douze ans après ses premiers essais sur route, la voiture de Waymo, filiale de Google, est certes la plus avancée, mais elle n’est pas encore opérationnelle. “C’est certainement l’un des plus difficiles projets d’intelligence artificielle”, confiait en 2017 Tim Cook, le patron d’Apple. Parti après les autres, le groupe affiche logiquement du retard. Et même beaucoup de retard, si on se fie aux données communiquées aux autorités californiennes. L’an passé, les opérateurs des prototypes d’Apple ont dû reprendre le contrôle tous les 230 kilomètres, contre tous les 45.000 kilomètres pour Waymo et Cruise, une filiale de General Motors.

Discussions avec des constructeurs – Fidèle à sa culture du secret et contrairement à ses rivaux, l’entreprise ne communique quasiment jamais sur Titan, qu’elle espère à terme transformer en important relais de croissance. Fin 2020, le projet semblait s’être accéléré avec l’ouverture de négociations avec plusieurs constructeurs portant sur la production de voitures et de batteries. Le coréen Hyundai avait été le premier à confirmer ces discussions, avant d’annoncer leur échec quelques semaines plus tard. Depuis, aucun accord n’a été annoncé. Si les dernières rumeurs parlent d’un lancement de l’Apple Car en 2024, cette échéance apparaît très optimiste. Selon l’agence Bloomberg, le projet resterait encore à un stade… peu avancé.

Pour aller plus loin:
– Waymo lève 2,5 milliards de dollars pour ses voitures autonomes
– Après les smartphones, Foxconn lorgne la voiture électrique

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Votre rendez-vous quotidien pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !