La fièvre autour de la livraison ultrarapide ne retombe pas

Par , publié le 27 septembre 2021

La folle course au cash s’accélère sur le secteur de la livraison ultrarapide de courses. Selon le site The Information et l’agence Bloomberg, les deux start-up allemandes Gorillas et Flink sont en effet sur le point de conclure des levées de fonds massives: 950 millions de dollars (812 millions d’euros) pour la première et 600 millions pour la seconde. Elles feront ainsi mieux que leur grande rivale turque Getir. Et distanceront très nettement leurs autres concurrentes, comme la française Cajoo. Sur un marché très concurrentiel, tous ces acteurs dépensent sans compter pour s’implanter dans de nouvelles villes et séduire de nouveaux clients. Mais tous ne pourront pas survivre.

Dark stores – Gorillas et Flink font partie de la dernière génération de sociétés qui ambitionnent de révolutionner les courses, alors que la crise sanitaire pourrait avoir durablement bouleversé les habitudes des consommateurs. En livrant en moins de vingt minutes, elles dépoussièrent un secteur habitué aux créneaux de livraison de quelques heures. Pour tenir ce délai, elles s’appuient sur un réseau d’entrepôts urbains (dark stores) situés au plus près de leurs clients. Les courses sont ainsi livrées comme le sont les repas commandés sur Uber Eats ou Deliveroo. En contrepartie, leur offre est beaucoup plus limitée: environ 2.000 références, essentiellement des produits du quotidien.

Aller vite – Le marché des courses est gigantesque et attire donc les convoitises. Des fonds de capital-risque, qui injectent des sommes colossales. Mais aussi des spécialistes de la livraison de repas, comme Deliveroo ou Glovo qui ont lancé leur propre service. Uber a, lui, investi dans le spécialiste américain GoPuff. Son compatriote Doordash devrait entrer dans le capital de Flink. Et l’allemand Delivery Hero dans celui de Gorillas. Entre tous ces acteurs, c’est une concurrence de tous les instants. Il faut aller le plus vite possible pour déployer le service dans de nouvelles villes et de nouveaux quartiers. Il faut aussi dépenser énormément en campagnes marketing ou en promotions pour convertir de nouveaux adeptes.

Taille critique – La compétition sur le marché est exacerbée par les faibles barrières technologiques à l’entrée et par la volatilité des consommateurs, qui basculent d’une application à l’autre. Les positions peuvent ainsi rapidement évoluer. Les plateformes doivent continuer sans cesse à investir – et donc à lever de l’argent. L’objectif n’est pas encore de devenir rentable. Mais de devenir le plus gros possible pour atteindre une taille critique, indispensable pour faire partie des acteurs qui ne fermeront pas ou qui ne seront pas rachetés. Et qui pourront alors se partager l’intégralité du gâteau, sans avoir à dépenser les même montants qu’aujourd’hui.

Pour aller plus loin:
– Getir lève 550 millions pour étendre son offre de livraison ultrarapide
– Picnic part à l’assaut de la France

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité