Swile lève 200 millions de dollars pour dématérialiser les titres-restaurants

Par , publié le 11 octobre 2021

Swile avait commencé l’année par la signature de son plus gros contrat, décrochant la gestion des titres-restaurants des 62.000 employés de Carrefour. Elle va la finir avec le statut de licorne. Lundi, la start-up spécialisée dans la dématérialisation des avantages salariaux a officialisé une levée de fonds de 200 millions de dollars (172 millions d’euros), notamment auprès du conglomérat japonais Softbank. Cette opération lui permet de porter sa valorisation au-delà de la barre symbolique du milliard de dollars – le chiffre officiel n’a pas été rendu public. Elle souhaite désormais accélérer son développement à l’international, en particulier en Amérique du Sud.

13% du marché – L’histoire de Swile est celle de David contre Goliath. D’une petite start-up montpelliéraine partie à l’assaut des géants des titres-restaurants, qui avaient totalement cadenassé ce marché très lucratif – jusqu’à être condamnés par l’autorité de la concurrence pour entente illégale. La société séduit par ses titres regroupés sur une carte à puce. Et par sa simplicité d’utilisation, à la fois pour les employeurs qui peuvent tout gérer en ligne, que pour les salariés qui peuvent notamment dépasser le plafond quotidien en reliant leur carte bancaire personnelle. Swile revendique désormais 13% du marché en France. Elle espère porter cette part à 20% l’année prochaine.

Devenir incontournable – Face aux acteurs historiques, la start-up mise également sur la multiplication des services. Sa carte peut gérer les chèques cadeaux et les avantages transports (tickets de métro, location de trottinettes…). Et elle intégrera bientôt les chèques vacances. Au-delà, Swile veut devenir incontournable dans la vie des entreprises. Son application permet aux salariés d’organiser des cagnottes, de créer des événements ou encore d’envoyer des messages privés. Pour les ressources humaines, elle propose des outils de sondage interne. D’autres fonctionnalités (congés, bulletins de paie…) devraient être ajoutées, notamment avec des solutions tierces déjà existantes.

Brésil et Mexique – L’expansion à l’international représente le deuxième axe de développement. En début d’année, la société a pris pied au Brésil en rachetant Vee Benefícios, une start-up spécialisée dans les titres dématérialisés. Elle prévoit d’y embaucher massivement cette année. Elle ambitionne ensuite de se lancer au Mexique. Ces deux pays représentent, avec la France, les plus importants marchés mondiaux. Face aux mêmes rivaux tricolores, ses dirigeants souhaitent y répliquer les recettes qui ont fonctionné dans l’Hexagone. D’ici à 2024, ils espèrent que l’Amérique latine représente plus de la moitié du chiffre d’affaires. Plus tard, Swile pourrait ensuite s’implanter dans d’autres pays européens.

Pour aller plus loin:
– En levant 680 millions d’euros, Sorare pulvérise les records de la French Tech
– Mirakl lève 555 millions de dollars pour imposer ses marketplaces

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité