Clap de fin pour les téléphones Blackberry

Par , publié le 4 janvier 2022

C’est la fin d’une époque sur le marché de la téléphonie. Mardi, les iconiques BlackBerry, plébiscités dans les années 2000 par les professionnels puis ringardisés par les smartphones dotés d’un écran tactile, ont été débranchés du réseau mobile par la société canadienne éponyme. Leurs (rares ?) utilisateurs ne peuvent désormais plus passer d’appels, envoyer de SMS ou encore se connecter à Internet. Cette fin de vie ne concerne que les appareils sortis avant 2015, tournant sous les systèmes d’exploitation maison. Les modèles plus récents, équipés d’Android, conserveront l’ensemble de leurs fonctionnalités.

Clavier physique – Les premiers téléphones BlackBerry sont lancés en 2002. L’entreprise, qui s’appelle encore Research in Motion, vise alors le marché des entreprises et des gouvernements. Face aux appareils traditionnels de Nokia ou Motorola, elle permet aux cadres et aux dirigeants politiques de lire leurs e-mails à tout moment – et d’y répondre grâce à un clavier physique – ou de consulter leur agenda. RIM introduit aussi les notifications push, puis un service de messagerie instantanée, BlackBerry Messenger (BBM). Petit à petit, ses téléphones séduisent également les particuliers. En 2009, la marque capte ainsi plus de la moitié du marché des smartphones aux Etats-Unis.

Chute des ventes – Pourtant, le déclin des BlackBerry est déjà écrit. L’iPhone d’Apple puis les smartphones tournant sous Android vont faire basculer le marché vers les appareils entièrement tactiles, équipés de caméras et permettant de faire tourner de nombreuses applications. À partir de 2011, les ventes s’effondrent. En quatre ans, elles sont divisées par plus de cinq ! Trop lente à réagir, la société ne parvient pas à enrayer cette chute infernale. En 2013, elle dévoile de nouveaux modèles conçus autour d’un système d’exploitation pensé pour le tactile. Un échec cuisant qui coûtera sa place au patron de l’époque. Deux ans plus tard, BlackBerry passe sous Android. Un autre échec.

Vente de logiciels – L’entreprise jette définitivement l’éponge en 2016, signant un accord de licence avec le groupe chinois TCL, qui a depuis commercialisé quelques modèles sous la marque. BlackBerry se consacre désormais à la vente de logiciels pour les entreprises, notamment dans le domaine de la cybersécurité. Depuis 2011, ses effectifs ont été divisés par six. Et son chiffre d’affaires est passé de 18 milliards de dollars à moins d’un milliard. La société n’en a peut-être pas encore fini avec les smartphones. Elle est en effet visée par une class action par des investisseurs qui l’accusent d’avoir menti sur les ventes de ses derniers modèles. Un procès pourrait avoir lieu cet automne.

Pour aller plus loin:
– Pourquoi LG se retire du marché des smartphones
– Xiaomi bientôt numéro un mondial des smartphones ?

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité