Par , publié le 19 janvier 2023

Et de trois. Après Amazon et Facebook, Microsoft devient le troisième des cinq géants technologiques américains à mener un plan social – en attendant peut-être Google. Mercredi, le concepteur de Windows a confirmé qu’il allait licencier 10.000 employés au cours des deux prochains mois. Cela représente un peu moins de 5% de ses effectifs. L’an passé, il avait déjà coupé dans sa main-d’œuvre à deux reprises, se séparant à chaque fois de quelques centaines de personnes. “Nous adaptons notre structure de coûts à nos recettes”, justifie Satya Nadella, son directeur général, dans un message envoyé aux salariés. Comme les autres sociétés technologiques, Microsoft a recruté massivement ces trois dernières années, avec plus de 80.000 embauches nettes.

Division hardware – Le patron du groupe de Redmond promet malgré tout de continuer à recruter et à investir “dans les secteurs stratégiques pour le futur”, notamment l’intelligence artificielle – Microsoft cherche à injecter dix milliards de dollars dans OpenAI, le créateur de ChatGPT. En revanche, il va abaisser ses ambitions, voire abandonner certains projets, dans d’autres domaines. C’est notamment le cas de la branche hardware. Selon Bloomberg, les équipes travaillant sur le casque de réalité augmentée Hololens seront ainsi touchées. L’avenir de cet appareil reste en suspens, suite à un contrat non renouvelé par l’armée américaine. Comme souvent, les fonctions supports (marketing, ressources humaines…) seront aussi concernées par cette vague de licenciements.

Profits records – Les derniers plans sociaux d’envergure chez Microsoft remontent à 2014 et 2015, juste après l’arrivée de Satya Nadella en remplacement de Steve Ballmer. Près de 23.000 salariés avaient été remerciés, dont la moitié chez Nokia, le fabricant finlandais de téléphones racheté en 2013. À cette époque, la société est alors en plein doute, après avoir trop tardé à prendre le virage du mobile. Depuis, sous l’impulsion de sa nouvelle direction, elle s’est relancée en axant sa stratégie sur le cloud. En huit ans, son chiffre d’affaires a plus que doublé. Et ses profits se sont envolés: 72 milliards de dollars au cours de son dernier exercice fiscal, clôturé fin juin 2022. Ces derniers mois, Microsoft est cependant touché, comme les autres, par un ralentissement de sa croissance.

Le cloud moins en forme – Entre octobre et décembre, son chiffre d’affaires ne devrait avoir augmenté que de 2%, ce qui représenterait la plus faible progression depuis cinq ans. Microsoft est pénalisé par le plongeon spectaculaire des ventes de PC, qui entraîne une chute des recettes de Windows. Mais aussi par le ralentissement de la croissance dans le cloud, aussi bien pour sa suite logicielle Microsoft 365 que pour ses serveurs Azure. “Nos clients cherchent à optimiser leurs dépenses numériques pour faire davantage avec moins”, explique Satya Nadella. Mais ce plan de licenciements ne doit pas seulement permettre de s’adapter à ce nouveau contexte. Il vise aussi à rassurer Wall Street pour relancer un cours boursier, qui a certes mieux résisté que les autres, mais qui a reculé de 22% en un an.

Pour aller plus loin:
– Amazon officialise un important plan de licenciements
– En perte de vitesse, Facebook lance un vaste plan social


No Comments Yet

Comments are closed

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Dès 7h30, prenez un temps d’avance: les informations essentielles analysées et mises en perspective, directement dans votre boîte e-mail