Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 21 septembre 2020

Le dénouement est proche dans le feuilleton TikTok. Dimanche, Donald Trump a indiqué qu’il allait donner son feu vert à l’accord trouvé entre ByteDance, la maison-mère chinoise de l’application, et Oracle. Sous réserve de l’approbation de Pékin – jugée probable par les observateurs – et sauf retournement de dernière minute – toujours possible avec le président américain -, la très populaire plate-forme de partage de courtes vidéos ne sera donc pas interdite aux Etats-Unis, où elle compte plus de 100 millions d’adeptes. Epilogue de longs mois de menaces, au terme desquels Donald Trump n’aura pas obtenu satisfaction.

60 milliards de valorisation ? – Cet accord prévoit la création d’une entreprise américaine, qui chapeautera l’ensemble des activités hors de Chine. Baptisée TikTok Global, elle devra entrer en Bourse dans les douze mois. Les actionnaires de ByteDance recevront 80% du capital. Oracle contrôlera 12,5%. Les 7,5% restants reviendront à Walmart. Seule inconnue: le prix de la transaction. Selon Bloomberg, il pourrait se chiffrer à 12 milliards de dollars, soit une valorisation près de deux fois supérieure à celle de Snapchat. Oracle sera chargé d’héberger les données dans son cloud et devra s’assurer que le code source ne contient pas de porte dérobée pour envoyer des informations vers la Chine.

Concessions majeures – Si la Donald Trump présente ce compromis comme une victoire, il a en réalité dû accepter des concessions majeures. Pendant des semaines, il n’a en effet cessé de répéter qu’il ne validerait qu’une vente à une société américaine. Contrairement à ses exigences, le code source va en outre rester la propriété de ByteDance. Ce qui, aux yeux de plusieurs parlementaires républicains, ne résout en rien les risques de collecte des données. Mais devant l’intransigeance de Pékin, qui menaçait de bloquer une vente, le président des Etats-Unis n’avait pas d’autre alternative. Si ce n’est d’interdire TikTok, une décision qui aurait été politiquement risquée à un mois et demi des élections.

Capital majoritairement américain – Face à l’opinion publique, la Maison blanche a cependant sauvé l’essentiel: les actionnaires américains de TikTok Global – dont les fonds General Atlantic et Sequoia, actuellement actionnaires de ByteDance – contrôleront 53% du capital de la nouvelle entreprise. La part chinoise sera limitée à 36%, et baissera encore après l’introduction en Bourse. Et l’administration Trump ne manquera pas de mettre en avant la création de 25.000 emplois aux Etats-Unis. Mais aucune échéance n’a été fixée pour cet engagement, qui semble extrêmement ambitieux. A titre de comparaison, Facebook emploie un peu plus de 50.000 personnes dans le monde.


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed