Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 23 septembre 2020

Une voiture électrique entièrement autonome pour seulement 25.000 dollars d’ici trois ans ? Comme à son habitude, Elon Musk n’a pas hésité à promettre ce qui semble aujourd’hui impossible. Pour justifier son optimisme, le patron de Tesla a dévoilé mardi, au cours d’un événement baptisé Battery Day, de nouvelles cellules de batterie, devant permettre d’abaisser drastiquement les coûts de production. Des cellules que la constructeur de voitures électriques prévoit désormais de produire lui-même, allant encore plus loin dans son intégration verticale.

Coûts divisés par deux – “Nous n’avons pas encore de voiture vraiment abordable”, a reconnu Elon Musk, peut-être sous forme d’aveu alors que le modèle à 35.000 dollars qu’il avait promis n’a jamais était produit en grandes quantités. “Pour y parvenir, nous devons faire baisser le coût des batteries”, a-t-il souligné. Si leurs prix ont fortement chuté ces dernières années, celles-ci représentent en moyenne un tiers des coûts de production. Les analystes estiment qu’il faudrait encore réduire la facture d’un tiers pour permettre aux voitures électriques d’être compétitives avec leurs rivales thermiques. Elon Musk promet d’aller plus loin: une baisse de 50%.

Pas avant 2022 – Les futures batteries de Tesla doivent également offrir une autonomie 54% plus élevée. En revanche, la société n’a pas communiqué sur leur durée de vie, alors que les rumeurs parlaient d’une batterie capable de tenir un million de miles (1,6 million de kilomètres). Quoiqu’il en soit, ces batteries ne seront pas fabriquées en masse avant 2022, a prévenu Elon Musk. A cette date, Tesla devrait commercialiser deux nouveaux modèles: le Cybertruck, son pick-up au look futuriste, et la deuxième version du Roadster, la voiture de sport de ses débuts. Le constructeur devrait aussi avoir lancé la production d’un semi-remorque.

500.000 livraisons en 2020 ? – Après quelques mois de turbulences, tous les voyants sont désormais au vert pour Tesla. La société a mis derrière elle les importantes difficultés de production qui avaient fortement perturbé le lancement du Model 3, sa berline grand public au cœur de son ambitieuse stratégie de développement. L’an passé, elle a livré 367.500 véhicules. Un chiffre qui pourrait dépasser les 500.000 en 2020. Elle reste aussi sur quatre trimestres consécutifs de profits. De quoi propulser son action vers des sommets: son cours a été multiplié par cinq depuis le début de l’année. Et de faire de Tesla la première capitalisation boursière du secteur, loin devant les constructeurs traditionnels.


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed