Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 8 octobre 2020

L’Inde compte bien capitaliser sur les difficultés de son voisin chinois. Mercredi, le gouvernement a accordé d’importantes aides publiques à Samsung, Foxconn et deux autres sous-traitants d’Apple. L’objectif est ambitieux: devenir le premier fabricant mondial de smartphones d’ici à 2025. Mais le pays espère tirer profit des multiples tensions commerciales entre Washington et Pékin, qui poussent les marques d’électronique grand public à réfléchir à des alternatives afin d’anticiper une potentielle aggravation des relations entre les deux puissances.

Montée en gamme – Seize entreprises, dont cinq sociétés étrangères, ont été retenues par le gouvernement indien. Elles recevront jusqu’à 5,6 milliards d’euros d’aides publiques au cours des cinq prochaines années. De nombreuses entreprises indiennes et chinoises, comme Oppo et Vivo, fabriquent déjà des smartphones en Inde. Mais il s’agit d’appareils bon marché, destinés au marché local. Ce nouveau programme vise une montée en gamme de la production nationale, avec la volonté de décupler les exportations. Les cinq lauréats étrangers produiront ainsi des smartphones valant plus de 15.000 roupies (174 euros), qui seront exportés à hauteur de 60%.

Quitter la Chine – Les analystes de la banque Credit Suisse estiment que ces aides publiques pourraient permettre à l’Inde de gagner dix points de parts de marché en cinq ans. Les industriels indiens sont beaucoup plus optimistes. “Le programme change la donne”, assure Pankaj Mohindroo, le président de l’India Cellular and Electronics Association, interrogé par l’agence Bloomberg. “Il va faire du pays le premier fabricant mondial de smartphones, ou au moins un proche deuxième, d’ici à 2025”, prédit-il. Au-delà des incitations financières, le mouvement de délocalisation de la production hors de Chine est déjà engagé. “Les jours où la Chine était l’usine de la planète sont passés”, estime ainsi Liu Young-way, le patron de Foxconn.

Taxe sur les importations – L’exemple d’Apple illustre parfaitement cette tendance. Depuis l’an passé, le groupe à la pomme cherche à réduire sa dépendance industrielle à la Chine. Pour l’instant, seulement une toute petite partie de ses iPhone sont assemblés en Inde. Les nouvelles aides publiques l’inciteront à encore accélérer. Produire dans le pays présente un autre avantage pour Apple: cela permet d’éviter de payer une taxe sur les importations de produits électroniques. En raison de cette dernière, les iPhone sont plus chers en Inde qu’en Europe ou qu’aux Etats-Unis. La société ne capte aujourd’hui que 2% du marché indien.


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed