Teads, la plateforme publicitaire préférée des grands médias

Par , publié le 6 mai 2022

Le Monde, le Washington Post, le Guardian, The Economist ou encore Der Spiegel. La liste est impressionnante. Et témoigne du chemin parcouru par Teads, devenu depuis une dizaine d’années un poids lourd mondial de la publicité en ligne, qui n’hésite plus à se revendiquer en concurrent de Google et de Facebook. La société française, rachetée en 2017 par le groupe télécoms Altice, gère aujourd’hui l’inventaire publicitaire de plus de 3.000 éditeurs dans le monde. “Nous travaillons avec 99% de la presse française, se félicite Thibault Leguillon, son directeur pour la France. Cela nous permet de toucher 90% des internautes français, davantage que YouTube et Facebook”.

Formats mobiles – Si la société a pris son nom actuel en 2014, ses débuts remontent au milieu des années 2000 sous l’impulsion de Pierre Chappaz, qui vient alors de revendre le comparateur de prix Kelkoo à Yahoo pour 450 millions d’euros. Au gré de multiples rachats et fusions, la start-up a longtemps cherché sa voie. Avant de se positionner sur la publicité vidéo. Teads a bâti son succès sur ses vidéos publicitaires qui s’intercalent dans le corps des articles. Le format fonctionne particulièrement bien sur les smartphones, un support moins adapté aux traditionnelles bannières. Depuis, la société propose une quarantaine de formats différents, comme des carrousels interactifs, de la 3D ou de la réalité augmentée. “Le mobile a ouvert de nouvelles perspectives créatives”, souligne Thibault Leguillon.

Télés connectées – L’entreprise revendique également plus de 2.800 marques, dont les 100 plus grands annonceurs mondiaux. Elle les attire par ses formats, et aussi par la possibilité de générer des volumes importants sur des sites premium et par sa plateforme de gestion automatisée, dopée à l’intelligence artificielle. Mais “il faut sans cesse continuer à innover”, reconnaît son patron hexagonal. Teads prévoit ainsi d’embaucher plus de 200 personnes cette année, notamment dans ses équipes de développement basées à Montpellier. Le groupe souhaite se développer dans la publicité télévisée. “Les télés connectées vont ouvrir la porte à des publicités ciblées, reposant sur des technologies similaires à celles d’Internet”, explique Thibault Leguillon.

Introduction en Bourse – Présente dans près de 30 pays, Teads a réalisé l’an passé un chiffre d’affaires record de 678 millions de dollars, en hausse de 25% sur un an. Sur cette somme, près de 50% sont reversés aux éditeurs de presse. La société se dit bien positionnée pour tirer profit de la nouvelle donne sur le ciblage publicitaire, entre les règles sur le pistage mises en place par Apple et la fin des cookies annoncées par Google. “Notre modèle est peu impacté”, rassure Thibault Leguillon. L’an passé, Altice espérait introduire sa filiale en Bourse, sur la base d’une capitalisation de 5 milliards de dollars. L’opération aurait représenté une importante plus value – Teads avait été achetée en 2017 pour 285 millions d’euros. Mais elle a été rapidement abandonnée. Temporairement, assurent ses dirigeants.

_____

Comme de nombreuses sociétés tech, Teads utilise Google Cloud pour développer son activité. En savoir plus

 

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Chaque vendredi, l'actu French Tech décryptée

Infos, analyses, tableau de bord: le rendez-vous hebdomadaire pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !