Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 8 septembre 2020

Des lunettes de réalité augmentée pour tous ? C’est la promesse de la start-up chinoise Nreal, qui a levé la semaine dernière 40 millions de dollars supplémentaires pour lancer une commercialisation à plus grande échelle. Le projet est ambitieux: aucune entreprise n’a encore réussi à imposer auprès du grand public cette technologie, qui projette des images dans le monde réel avec lesquelles il est possible d’interagir. La faute à un nombre d’applications limitées et à des prix prohibitifs. Dernier exemple en date: le fabricant canadien North, depuis racheté à petit prix par Google.

A partir de 250 euros – Baptisées Light, les lunettes de Nreal seront beaucoup plus abordables. En Corée du sud, elles coûtent 500 euros, ou 250 euros en cas d’achat couplé avec un abonnement mobile et un smartphone Galaxy Note 20. A titre de comparaison, le casque Hololens 2 de Microsoft est commercialisé à 3.849 euros. Celui de la start-up américaine Magic Leap est proposé à partir de 2.295 dollars (environ 1.940 euros). Et les Google Glass, les lunettes pionnières, valent plus de 1.000 dollars (environ 850 euros). Ces appareils sont donc désormais dédiés à un public professionnel.

Applications spécifiques – Reste le défi des usages. Au-delà de l’effet de curiosité, les prédécesseurs des Light n’offraient aucune killer app, une application susceptible de justifier leur achat pour le grand public. Nreal explique que l’ensemble des applications présentes sur Android seront automatiquement compatibles grâce à un logiciel maison. Mais reste encore à démontrer l’intérêt d’utiliser des lunettes pour surfer sur Internet ou regarder une vidéo, plutôt que de simplement utiliser un smartphone. Nreal devra donc proposer plus: des applications et des jeux spécialement conçus pour ses lunettes. Il faudra pour cela convaincre des développeurs malgré une base d’utilisateurs initialement limitée.

Concurrence d’Apple ? – Lancée il y a trois ans, la start-up est véritablement sortie de l’anonymat en janvier, lors du dernier CES de Las Vegas. Malgré des concessions par rapport à ses rivaux, notamment une résolution d’image et un champ de vision plus faibles, les Light ont été très bien accueillies. Nreal promet de lancer son appareil en dehors de la Corée du sud avant la fin de l’année. Le groupe chinois sera alors seul sur ce marché, un temps jugé prometteur par de nombreux analystes. Mais peut-être pas pour très longtemps. Apple mobiliserait en effet 1.000 personnes pour concevoir des lunettes attendues en 2022.


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed