Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 8 septembre 2020

Une vidéo de 7 minutes pour attaquer TikTok. Trois semaines après Donald Trump, c’est au tour de son fils, Donald Jr, de rejoindre Triller. Et d’offrir un nouveau coup de pub à cette plate-forme américaine de partage de vidéos, petite rivale de l’application la plus populaire du moment. Misant sur les supporters du président américain, la start-up espère bien tirer profit de l’offensive de la Maison blanche pour gagner des utilisateurs. Prête à tous les stratagèmes pour faire parler d’elle, elle assure même être en discussions pour racheter TikTok.

Regain de popularité – Fondé en 2015, Triller est soutenu financièrement par Ryan Kavanaugh, un producteur controversé d’Hollywood. Et compte comme investisseurs plusieurs personnalités du monde de la musique, comme Snoop Dogg. Longtemps peu connue du grand public, l’application a rencontré un regain de popularité cet été lorsque que les premières menaces de bannissement de TikTok sont apparues. Ses concurrentes, comme Byte et Likee, ont connu le même phénomène. Le 1er août, elle s’était même classée en tête des applications les plus téléchargées aux Etats-Unis sur l’App Store d’Apple. Elle est depuis retombée au-delà de 500ème position.

Chiffres gonflés – Habitué des communiqués de presse triomphalistes, Triller assurait le mois dernier avoir dépassé la barre de 250 millions de téléchargements. Mais ces chiffres ne correspondent pas avec les estimations de différents cabinets spécialisés. Sensor Tower parle de 46 millions de téléchargements, et Apptopia de 52 millions. Menacé d’un procès, ce dernier a par la suite retiré son estimation, après l’intervention d’un investisseur qu’il partage avec Triller. La start-up assure par ailleurs être sur le point de lever jusqu’à 300 millions de dollars, sur la base d’une valorisation d’un milliard.

Offre de rachat – Fin juillet, Triller s’était aussi vanté d’avoir attiré trois Tiktokers célèbres. Depuis, ils ne postent plus ou presque sur la plate-forme mais sont très actifs chez sa rivale. Quelques jours plus tard, la société avait encore faire parler d’elle en attaquant TikTok en justice pour violation de brevets – menaçant également de poursuivre Instagram. Nouveau coup marketing fin août: Triller affirme avoir soumis une offre de rachat de 20 milliards de dollars pour TikTok – poussé à se vendre à une entreprise américaine par l’administration Trump. Réponse de l’intéressé: “Qui est Triller ?”.

A lire également: Et si ByteDance renonçait finalement à vendre TikTok ?


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed