Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 9 septembre 2020

Faut-il y voir le premier effet Fortnite, le populaire jeu vidéo banni des iPhone et smartphones Android ? Mardi, la Commission australienne de la concurrence et de la consommation (ACCC) a officiellement ouvert une enquête sur les boutiques d’applications d’Apple et de Google, dont les pratiques sont de plus en plus décriées. Et intéressent de plus en plus les régulateurs. Cette annonce intervient moins d’un mois après qu’Epic Games, l’éditeur de Fortnite, a déclenché une très médiatique bataille pour dénoncer les “commissions exorbitantes” des deux géants américains.

Rapport en 2021 – L’enquête menée par l’ACCC s’annonce très vaste. Elle portera non seulement sur les 30% prélevés sur chaque achat. Mais elle examinera aussi la collecte et l’utilisation des données collectées par Apple et Google, le degré de transparence des règles permettant de classer les applications les plus populaires ou encore la place qu’ils accordent à leurs propres applications sur les résultats de recherche. Une période de consultation publique sera ouverte jusqu’au 2 septembre. Avant que l’ACCC ne publie son rapport et ses recommendations en mars 2021.

Enquête en Europe  – Si les critiques contre l’App Store et le Play Store ne sont pas nouvelles, en particulier contre les commissions, leur caisse de résonance s’est fortement amplifiée depuis quelques mois. Et elles ont désormais l’oreille des régulateurs. En Europe, la Commission a lancé une enquête sur les règles de l’App Store, notamment sur l’obligation d’utiliser le système de paiement d’Apple. En Allemagne, les autorités de la concurrence disent observer le conflit entre le groupe à la pomme et Epic. Et aux Etats-Unis, le département de la Justice et plusieurs Etats pourraient bientôt suivre l’exemple européen.

Apple porte plainte –  Les commissions des stores seront également bientôt examinées par la justice américaine, saisie en août par Epic Games. Une première audience est prévue le 28 septembre dans l’affaire l’opposant à Apple. Le mois dernier, l’éditeur américain avait ajouté son propre système de paiement sur Fortnite, violant ainsi délibérément les règles de l’App Store et du Play Store. Dans la foulée, le jeu avait été, sans surprise, retiré des deux boutiques. Mardi, Apple est allé encore plus loin dans sa riposte, déposant une plainte contre Epic pour “rupture de contrat”.

A lire également: Bruxelles s’attaque à la « taxe Apple »


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed