Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 25 septembre 2020

Un milliard d’euros pour aider à combler le fossé avec les Etats-Unis. Daniel Elk, le fondateur et patron de Spotify, s’est engagé jeudi à investir environ un tiers de sa fortune dans des start-up européennes. Et plus particulièrement dans des “moonshots”, des projets très ambitieux qui ne seront potentiellement jamais rentables. “Nous savons tous que l’un des plus grands défis demeure l’accès au capital”, a-t-il souligné, avant de regretter que “certains des talents les plus prometteurs au monde quittent automatiquement l’Europe parce qu’ils ne se sentent pas valorisés ici”.

Quatre fois moins de financements – Certes, l’accès au financement s’est amélioré en Europe, et de moins en moins de start-up choisissent de se relocaliser très tôt outre-Atlantique. Mais la différence reste immense avec les Etats-Unis. Selon les données collectées par le cabinet CBInsights, les jeunes pousses du vieux continent ont récolté 7,3 milliards de dollars au deuxième trimestre, contre 27 milliards de dollars pour leurs rivales américaines. Et cette différence est encore plus élevée pour les sociétés qui travaillent sur des idées révolutionnaires, plus longues à se concrétiser et davantage susceptibles d’échouer.

Milliardaires américains – Aux Etats-Unis, les “moonshots” peuvent en effet compter sur le soutien de plusieurs milliardaires de la tech, comme Bill Gates, Jeff Bezos ou encore Larry Page, les fondateurs respectifs de Microsoft, Amazon et Google. Ils peuvent aussi être soutenus par les grandes entreprises du secteur. Amazon vient, par exemple, de lancer un fonds de deux milliards de dollars pour financer des technologies innovantes qui doivent permettre de lutter contre le changement climatique. L’Europe est, logiquement, très en retard dans ce domaine. “Il est très frustrant de voir des entrepreneurs européens abandonner leur extraordinaires visions”, soupire Daniel Elk.

“Nouveau rêve européen” – Le patron de Spotify prévoit de réaliser son milliard d’euros d’investissements au cours des dix prochaines années, se concentrant sur “les technologies de rupture nécessaires pour avoir un impact positif significatif”. Et de citer les domaines de l’intelligence artificielle, des biotechnologies, de la science des matériaux ou encore de l’énergie. Autant “de domaines qui comptent de nombreux scientifiques et entrepreneurs en Europe”. Daniel Elk espère ainsi servir d’inspiration à d’autres milliardaires européens. Et ainsi contribuer à faire émerger un “nouveau rêve européen”.


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed