Par , publié le 16 novembre 2020

C’est une première historique pour SpaceX. Dans la nuit de dimanche à lundi, la société spatiale dirigée par Elon Musk a mené sa première mission “opérationnelle” habitée pour la NASA. Quatre astronautes, trois Américains et un Japonais, ont été placés en orbite au bord de la capsule Crew Dragon. Ils doivent s’amarrer à l’ISS, la Station spatiale internationale, dans la nuit de mardi à mercredi. C’est la première fois depuis 2011, et l’arrêt du programme de navettes spatiales américaines, qu’une telle mission est lancée depuis les Etats-Unis. Cinq autres vols sont prévus dans le cadre d’un contrat de 2,6 milliards de dollars remporté en 2014 par SpaceX.

Trois ans de retard – Baptisée Crew 1, cette mission intervient cinq mois et demi après le succès d’un vol d’essai, ayant transporté deux astronautes vers l’ISS. Elle était initialement planifiée pour fin octobre, mais elle avait été reportée en raison d’anomalies constatées sur le lanceur Falcon 9. Samedi, elle avait également été décalée de 24 heures à cause de mauvaises conditions météorologiques. Un dernier report symbolique pour parachever trois années de retard. Au départ, SpaceX espérait en effet transporter ses premiers passagers en novembre 2017. Un calendrier mis à mal par l’explosion d’un lanceur Falcon 9 en septembre 2016, puis par celle d’une capsule Crew Dragon en avril 2019.

Tourisme spatial –  Au-delà des recettes générées par les six missions (55 millions de dollars par astronautes transportés), le contrat avec la NASA est une aubaine pour SpaceX. Non seulement, la société a pu concevoir sa capsule Crew Dragon avec l’argent du contribuable américain. Mais elle a le droit de l’utiliser pour réaliser d’autres vols commerciaux. Elle prévoit ainsi de se lancer dans le tourisme spacial. En partenariat avec Axiom Space, SpaceX devrait acheminer, en 2021, trois passagers pour un séjour de dix jours à bord de l’ISS. Prix du billet: 55 millions de dollars. L’entreprise a signé un autre contrat avec Space Adventures pour réaliser un vol orbital à bord de Crew Dragon fin 2021 ou début 2022. Les vols touristiques pourraient ensuite se multiplier.

Et après mars ? – Ces recettes, ajoutées au lancement de satellites et à Starlink, son offre Internet par satellite, doivent lui permettre de financer des projets encore plus ambitieux. Car SpaceX regarde déjà bien plus loin. D’abord, vers la lune puis vers Mars. C’est le projet Starship, un gigantesque lanceur réutilisable en cours de conception. La société espère mener un premier vol orbital dès l’année prochaine, puis un premier atterrissage habité sur la lune en 2024. Elon Musk ambitionne ensuite de transporter jusqu’à 100 passagers par vol sur Mars, dans le but d’y établir une colonie humaine. Coût estimé du projet: environ 5 milliards de dollars. Pour le moment, SpaceX n’a reçu que 135 millions de dollars de subventions pour développer un atterrisseur lunaire pour la NASA.

Pour aller plus loin:
– SpaceX se veut rassurant sur son projet d’Internet par satellite
– Boom, la start-up qui veut ressusciter les vols supersoniques


No Comments Yet

Comments are closed

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Votre rendez-vous quotidien pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !