Par , publié le 10 décembre 2020

Démanteler Facebook. C’est le remède choc proposé par la Federal Trade Commission (FTC) qui accuse le réseau social d’abus de position dominante. Mardi, le gendarme de la concurrence a officiellement lancé des poursuites antitrust devant la justice américaine. Il préconise deux mesures drastiques pour “restaurer la compétition”. D’abord, forcer Facebook à se séparer d’Instagram et de WhatsApp, deux rivaux potentiels rachetés avant qu’ils ne deviennent véritablement menaçants, souligne la FTC. Ensuite, encadrer les futures acquisitions de la société pour éviter qu’elle ne redevienne trop puissante.

Réduire la concurrence – La procédure déclenchée par les autorités américaines se focalise sur les rachats d’Instagram, en 2012 pour un milliard de dollars, et de WhatsApp, deux ans plus tard pour 19 milliards. La FTC estime que ces deux opérations visaient avant tout à réduire la concurrence. Rendus publics cet été, plusieurs e-mails envoyés par Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, semblent confirmer la volonté de mettre la main sur Instagram pour empêcher l’émergence d’un compétiteur. Du “révisionnisme”, rétorque l’entreprise qui ne manque pas de rappeler que ces deux rachats avaient été approuvés par le régulateur. Et d’affirmer que WhatsApp et Instagram sont devenus des “produits incroyables” grâce “aux milliards de dollars investis par Facebook”.

“Totalement inenvisageable” – La procédure, qui devra être poursuivie par la future administration Biden, pourrait durer plusieurs années. Le réseau social assure qu’il se défendra “vigoureusement”. En coulisses, il prépare déjà activement sa défense depuis plusieurs mois. Dans un document de 14 pages, cité par le Wall Street Journal, ses avocats assurent ainsi qu’un démantèlement est “totalement inenvisageable”. Un tel scénario affaiblirait non seulement la sécurité des données, affirment-ils, et nuirait à l’expérience utilisateur. Mais il coûterait également des milliards de dollars. En outre, se séparer de l’une des deux applications serait technologiquement compliqué, poursuit Facebook, car tous ses services sont de plus en plus connectés les uns aux autres.

Interopérabilité des messageries – En octobre, l’entreprise a rendu un démantèlement encore plus complexe, en annonçant l’interopérabilité de ses messageries. Présentée comme une avancée majeure pour les utilisateurs, cette nouvelle fonctionnalité permet d’envoyer un message depuis Instagram vers Messenger. Puis à terme, depuis et vers WhatsApp – dont l’intégration est technologiquement plus difficile. Concrètement, cela signifie que les trois plates-formes de messagerie partageront bientôt la même infrastructure technologique. Et qu’il sera alors difficile de toucher à l’une sans impacter les autres. Les rivaux de Facebook demandent donc à la FTC de s’opposer à une telle intégration.

Pour aller plus loin:
– Les Etats-Unis lancent une procédure antitrust contre Google
– Comment l’Europe veut lutter contre la domination des Gafa


No Comments Yet

Comments are closed

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Votre rendez-vous quotidien pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !