Par , publié le 22 janvier 2021

Casser le duopole d’Alibaba et de Tencent sur le paiement en ligne en Chine. C’est le dernier défi que vient de se lancer ByteDance, la maison mère de TikTok et de la version chinoise Douyin. Pour gagner des parts de marché, la société mise sur la popularité de la plate-forme de courtes vidéos, qui compte plus de 600 millions d’utilisateurs dans le pays. Et elle pourrait également bénéficier d’un coup de pouce des autorités bancaires, qui menacent d’imposer de nouvelles règles pour favoriser la concurrence.

Shopping en direct – Le lancement de Douyin Pay était anticipé depuis que ByteDance avait mis la main, l’an passé, sur une licence bancaire. Il s’inscrit parfaitement dans la stratégie de développement de son application vedette, qui permet désormais à ses utilisateurs d’acheter facilement un produit présent sur une vidéo. Le marché du shopping en direct est en plein essor en Chine. Douyin s’est fixé des objectifs très ambitieux dans le domaine. Pour les atteindre, la société souhaite capter l’ensemble de la valeur. Elle a par exemple récemment interdit les liens vers des marketplaces externes, comme Taobao (Alibaba) et JD.

Offensive encore limitée – Le paiement en ligne représente la prochaine étape. Jusqu’à présent, les utilisateurs de Douyin pouvaient régler leurs achats en utilisant leurs comptes Alipay et WeChat Pay, les solutions respectives d’Alibaba et Tencent. Pour autant, l’offensive de ByteDance reste encore limitée. D’abord, parce que son système de paiement n’est qu’une option supplémentaire, offrant peu d’incitations à changer les habitudes de paiement. Ensuite, parce qu’il est uniquement disponible sur Douyin, alors que ses deux rivaux peuvent être utilisés quasiment partout, en ligne et dans les commerces physiques.

Situation de monopole – S’il est probable que ByteDance se montre par la suite plus ambitieux, la partie est encore loin d’être gagnée. Alipay et WeChat Pay captent plus de 90% des paiements électroniques en Chine. Personne n’a encore pu remettre en cause leur position. Ni l’e-marchand JD, ni le service de voitures avec chauffeur Didi, ni le spécialiste de la livraison de repas Meituan. Tous ces acteurs pourraient cependant bénéficier du projet de réglementation annoncé en début de semaine par la banque centrale chinoise. Selon ses critères, Alipay et WeChat Pay sont en situation de duopole. Et pourraient donc être sanctionnés.

Pour aller plus loin:
– TikTok obtient un sursis, mais l’impasse demeure
– En Chine aussi, les autorités veulent sévir contre les géants du numérique


No Comments Yet

Comments are closed

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Votre rendez-vous quotidien pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !