Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 29 septembre 2020

Payer ses courses avec la paume de la main. Après les magasins sans caisses, c’est la dernière innovation d’Amazon pour révolutionner le commerce physique. Présenté mardi et baptisé Amazon One, le système va d’abord être testé dans deux supérettes maison à Seattle. Mais le géant américain de la vente en ligne voit beaucoup plus grand. Il n’ambitionne pas seulement de déployer la technologie dans ses propres points de vente. Il souhaite également la vendre à d’autres distributeurs. Et rêve même de remplacer les tickets de concert ou les badges d’identification dans les immeubles de bureaux.

Données sensibles – Lors de la première utilisation, le client doit associer une carte de paiement avec la paume de sa main, dont les caractéristiques sont uniques. Il n’aura ensuite plus qu’à scanner sa main au-dessus d’un terminal dédié pour régler ses achats (ou pour entrer dans un magasin sans caisses Amazon Go). Le groupe promet ainsi un gain de temps et un processus sans aucun contact. Une proposition de valeur qui pourrait cependant ne pas suffire pour convaincre des consommateurs dont les habitudes de paiement mettent généralement beaucoup de temps à évoluer. D’autant plus que cette technologie utilise des données biométriques sensibles.

Vitrine technologique – Acteur dominant en ligne, Amazon considère de plus en plus le commerce physique comme un potentiel relais de croissance. En 2017, l’entreprise a ainsi dépensé plus de 13 milliards de dollars pour racheter la chaîne américaine Whole Foods, dont les supermarchés seront certainement bientôt équipés d’Amazon One. Depuis 2018, elle a ouvert près de 30 supérettes sans caisses. Surtout, Amazon tente de vendre ses services aux autres distributeurs, en utilisant ses magasins comme une vitrine technologique. Si la tarification n’est pas publique, il est probable que la société facture un abonnement et prélève une petite commission sur chaque paiement.

Concurrents – Reste à savoir si des commerçants, potentiellement concurrents d’Amazon, vont se laisser séduire. Alors même qu’une partie d’entre eux, à commencer par Walmart, refusent d’utiliser AWS, la plate-forme cloud de la société. Celle-ci tente de rassurer en indiquant qu’elle ne saura pas ce que les clients achètent et combien ils dépensent dans les magasins partenaires. Et qu’elle n’utilisera pas les autres données qu’elle récolte à des fins publicitaires. Pour autant, son discours ne semble pas convaincre. Disponible depuis le début de l’année, sa technologie de magasins sans caisses n’a pas encore attiré d’importants distributeurs.

Pour aller plus loin:
Comment Walmart tente de contrer Amazon
– Les drones de livraison d’Amazon décollent aux Etats-Unis


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed