Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 1 octobre 2020

Plus de dix ans après sa création, la division cloud d’Alibaba n’a encore pas dégagé le moindre profit. Une “anomalie” qui s’explique par une volonté de privilégier la croissance de l’activité. Mais qui devrait finalement s’interrompre cette année, ont promis mercredi ses dirigeants. Cette étape, avant tout symbolique, ne constitue qu’un début: le géant chinois du commerce en ligne prévoit en effet d’accélérer ses investissements. “Nous pensons n’être qu’aux prémices”, justifie Daniel Zhang, le directeur général, qui estime que le cloud pourrait devenir un jour la principale activité de la société.

Plus de 40% du marché chinois – Alibaba revendique déjà plus de 3 millions de clients à son offre de cloud d’infrastructure. Entre avril et juin, la division a généré un chiffre d’affaires de 12,3 milliards de yuans (1,5 milliard d’euros), soit une croissance de 59% sur un an. Cela la place à la troisième ou quatrième place mondiale, au coude-à-coude avec Google mais loin derrière Amazon et Microsoft. Sans surprise, le groupe est particulièrement puissant en Chine, où il contrôle un peu plus de 40% du marché. Il est aussi bien implanté dans les autres pays asiatiques, à l’exception notable du Japon. Mais il reste encore un acteur mineur en Europe et aux Etats-Unis.

Accélération – Si le cloud ne représente que 8% des recettes d’Alibaba, il constitue son relais de croissance le plus prometteur. C’est d’autant plus important que la croissance de son activité e-commerce a nettement ralenti ces derniers mois sous l’effet d’une concurrence féroce, notamment de Pinduoduo. L’entreprise peut compter sur le dynamisme du marché asiatique. Et plus particulièrement du marché chinois, le deuxième du monde. “La tendance va s’accélérer”, prédit Blake Murray, du cabinet Canalys, citant les initiatives du gouvernement et la hausse de la demande pour les services en ligne suite à l’épidémie de coronavirus.

Percer en Europe – Leader du secteur en Chine, Alibaba n’est cependant pas à l’abri. Depuis le début de l’année, sa part de marché a en effet reculé de 6 points, selon les estimations de Canalys. En plus de ses rivaux historiques Tencent et Baidu, la société doit affronter de nouveaux acteurs, comme Huawei qui enregistre d’impressionnants gains depuis quelques mois. Le spécialiste du commerce en ligne JD.com s’est aussi lancé dans le cloud. Hors d’Asie, Alibaba espère notamment percer en Europe. En avril, il s’est donné les moyens de ses ambitions: 200 milliards de yuans (25 milliards d’euros) d’investissements en trois ans. Une somme qui doit lui permettre de renforcer son infrastructure et concevoir de nouveaux services.

Pour aller plus loin:
– Pour abaisser ses coûts, Alibaba mise sur les robots-livreurs
Débouté par le Pentagone, Amazon se dit victime d’une décision politique


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed