Après avoir résisté au coronavirus, Airbnb va s’introduire en Bourse

Par , publié le 17 novembre 2020

Prouver aux investisseurs de Wall Street que le plus dur est passé. C’est l’exercice auquel vont devoir se livrer les dirigeants d’Airbnb au cours des prochaines semaines. Lundi, la plate-forme de location de logement a en effet lancé la dernière ligne avant son entrée en Bourse, avec la publication de son prospectus d’introduction. Selon la presse américaine, elle ambitionne de lever 3 milliards de dollars, sur la base d’une capitalisation boursière comprise entre 25 et 30 milliards. Si l’épidémie de coronavirus repart de plus belle, en Europe et aux Etats-Unis, Airbnb pourrait cependant profiter des récentes annonces de Pfizer et Moderna sur leurs vaccins.

Impact du coronavirus – Les chiffres financiers publiés lundi permettent enfin de mesurer l’impact du coronavirus sur l’activité d’Airbnb. Rien qu’en mars, la plate-forme a enregistré l’annulation de 23 millions de nuitées, entraînant un flux de trésorerie négatif de 585 millions de dollars. Puis au deuxième trimestre (d’avril à juin), les réservations ont été divisées par trois, tombant à leur plus bas niveau depuis au moins quatre ans. Sur cette période, la société a accusé une chute de 72% de son chiffre d’affaires, et une perte nette de 576 millions. Airbnb a cependant connu une nette amélioration au troisième trimestre, avec un repli de ses recettes limité à 18%.

Baisse des dépenses – Entre juillet et septembre, l’entreprise a ainsi fait beaucoup mieux que ses rivaux Expedia et Booking, qui ont respectivement enregistré un plongeon de 58% et 48% de leur chiffre d’affaires. La performance solide d’Airbnb s’explique par un très fort rebond des voyages domestiques, avec un nombre record de réservations en juillet. Les voyages à l’étranger restent en revanche toujours en baisse. Sur le trimestre, Airbnb a même dégagé des profits de 219 millions de dollars, en très léger recul par rapport à 2019. Cela s’explique par la baisse de la masse salariale, après le licenciement d’un quart des effectifs au printemps, et des dépenses en marketing.

L’après-coronavirus –  Airbnb prévient cependant que le quatrième trimestre devrait être plus difficile, alors que de nombreux pays ont réimposé des restrictions sur les déplacements. La société constate déjà un repli des réservations et une nouvelle vague d’annulations. Au-delà, elle reconnaît par ailleurs qu’elle ne peut pas prédire l’impact du coronavirus sur son activité. Certains experts n’anticipent pas un retour à la normale avant fin 2021 pour le secteur du tourisme. Cependant, la perspective d’un vaccin disponible au cours des prochains mois pourrait suffire à convaincre les investisseurs. A Wall Street, les titres de Booking et d’Expedia ont fortement progressé ces dernières semaines, retrouvant même leur niveau du mois de mars.

Pour aller pour loin:
– La Silicon Valley se prépare à une deuxième salve d’introductions en Bourse
– Un an après l’échec de son IPO, WeWork espère rebondir grâce au coronavirus

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité