Amazon se lance dans la vente de médicaments sur ordonnance

Par , publié le 18 novembre 2020

Après plusieurs années de rumeurs, Amazon se lance enfin dans la vente de médicaments sur ordonnance aux Etats-Unis. Un marché immense, estimé à 300 milliards de dollars par an, qui n’a pas encore effectué la bascule vers Internet. Le secteur est donc toujours dominé par les acteurs historiques: les grandes chaînes de pharmacies, en particulier CVS et Walgreens, et les grands distributeurs, comme Walmart et Kroger. Pour s’imposer, Amazon Pharmacy permet de bénéficier de la livraison gratuite en deux jours. Et promet jusqu’à 80% de réduction sur les médicaments achetés sans passer par une assurance santé.

Rachat de PillPack – Le géant du commerce en ligne lorgne le marché depuis longtemps. Dès 1999, il investit dans un site qui permettait de commander des médicaments en ligne et d’aller les récupérer dans une pharmacie. Quinze ans plus tard, un premier projet de lancement échoue. Les préparatifs reprennent à partir de 2017. L’année suivante, Amazon franchit une première étape en dépensant 750 millions de dollars pour racheter la start-up PillPack, qui envoie les médicaments dans des sachets individuels correspondant à chaque jour du traitement. Mais ce service, davantage destiné aux personnes souffrant de maladie chronique, n’a jamais été intégré au site d’Amazon, limitant ainsi sa portée.

Rude concurrence – Habitué à chambouler l’ordre établi, le groupe n’aura cette fois-ci pas la tâche facile. D’abord, parce que les pharmacies ont eu le temps de se préparer à son arrivée. CVS et Walgreens proposent désormais de livrer les médicaments au domicile du malade, dès qu’ils reçoivent une ordonnance directement transmise par un médecin. Ensuite, parce que le secteur est extrêmement complexe et repose sur des relations entre assureurs, pharmacies, laboratoires et intermédiaires. Dans certains cas, Amazon pourrait ainsi être plus cher que ses rivaux ayant négocié des accords plus avantageux. Autres freins: la relation de confiance avec son pharmacien ou encore le caractère sensible des données médicales.

Efficacité logistique – Face à ces acteurs, l’entreprise espère d’abord séduire les abonnés à son programme Prime, qui dépensent plus que les autres sur son site. Avec les réductions sur certains médicaments, elle vise en particulier les personnes qui ne sont pas assurées ou qui doivent payer d’importantes franchises avant d’être remboursées. Amazon compte aussi sur l’efficacité de sa chaîne logistique, un élément primordial car un malade ne peut pas attendre ses médicaments pendant plusieurs jours. Et la société pourrait aussi mettre à contribution son assistant vocal Alexa, par exemple pour facilement renouveler un traitement. “Amazon va dépenser ce qu’il faut pour devenir un acteur important”, prédit, par ailleurs, Charlie O’Shea, analyste chez Moody’s.

Pour aller plus loin:
– Amazon poursuivi par Bruxelles pour pratiques anti-concurrentielles
– Comment Walmart tente de contrer Amazon

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité