Par , publié le 23 novembre 2020

Après plusieurs mois de procédures, Amazon semble bien avoir perdu son combat judiciaire. Vendredi, les autorités indiennes de la concurrence ont en effet donné leur feu vert au rachat de Future Retail par Reliance Industries. Un rachat que le géant américain du commerce en ligne remettait en cause en vertu d’un partenariat noué avec le premier cité, qui détient plusieurs chaînes d’hypermarchés et de supermarchés dans le pays. Et un rachat qui permet au second de s’affirmer encore un peu plus comme une redoutable menace pour les ambitions d’Amazon dans le deuxième pays le plus peuplé du monde.

Adversaire redoutable – Après son échec chinois, le groupe dirigé par Jeff Bezos mise beaucoup sur le marché indien, qui commence à peine à décoller. Ces dernières années, il y a investi plus de 6,5 milliards de dollars. Déjà concurrencé par Flipkart, majoritairement détenu par son rival américain Walmart, il va donc devoir affronter un autre adversaire: Mukesh Ambani, la première fortune d’Asie. L’homme d’affaires est un habitué des grandes batailles. A la tête de l’entreprise fondée par son père, il est notamment parti à l’assaut de la grande distribution en 2006. Puis de la téléphonie mobile en 2016. Deux succès: Reliance Retail et Jio sont aujourd’hui leaders de leur marché respectif.

Premier distributeur indien – Mais Mukesh Ambani voit encore plus grand. Tellement grand qu’il a pu lever en quelques mois près de 30 milliards de dollars auprès de Google, de Facebook et de prestigieux fonds américains. Sur cette somme, six milliards ont été récoltés par Reliance Retail. Le premier distributeur du pays, avec environ 12.000 magasins en Inde, est encore peu présent en ligne. Une absence qui permet à Amazon et à Walmart de se partager le plus gros du marché. En début d’année, Reliance a lancé son premier site d’e-commerce, baptisé JioMart et spécialisé dans les courses du quotidien. D’autres plates-formes devraient suivre pour reproduire en ligne l’offre physique du groupe.

Réglementation défavorable – Face à ses deux rivaux, Reliance dispose d’un atout de taille: un cadre réglementaire particulièrement restrictif pour les entreprises étrangères. Depuis 2018, Amazon et Flipkart n’ont en effet plus le droit de détenir leur propre inventaire, ne pouvant plus être de que simples marketplace. Pour regagner des marges de manœuvre, les deux entreprises américaines ont choisi de multiplier les partenariats avec des distributeurs locaux – comme Future Retail pour Amazon. Mais leur capacité à faire baisser les prix et à offrir des promotions reste limitée… alors même que Reliance a opté pour une stratégie tarifaire particulièrement agressive.

Pour aller plus loin:
– Comment Walmart tente de contrer Amazon
– Comment Alibaba veut révolutionner le commerce physique


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed