Par , publié le 20 janvier 2021

Xpeng ne veut pas seulement faire jeu égal avec Tesla. En fin de semaine dernière, le constructeur chinois de voitures électriques a présenté une nouvelle fonctionnalité de conduite autonome, semblable au système Autopilot développé par son rival américain. Mais il promet surtout d’être le premier groupe automobile à équiper de série ses véhicules d’un lidar (détection par lasers). Un symbole fort des grandes ambitions des concurrents chinois de Tesla, qui commencent à rapidement gagner du terrain dans leur pays. Et qui espèrent ensuite conquérir les marchés occidentaux.

Coup d’accélérateur – Sur le segment premium, trois constructeurs sortent du lot: Xpeng, Nio et Li Auto. Tous les trois sont cotés en Bourse à New York et disposent de plusieurs milliards de dollars de trésorerie pour financer leur développement. Ils conçoivent de nouveaux modèles, déploient des bornes de recharge dans tout le pays et ouvrent des boutiques. L’an passé, leurs ventes ont connu un important coup d’accélérateur. Nio a livré plus de 43.000 véhicules, soit plus du double qu’en 2019. Li Auto et Xpeng ont connu des progressions similaires, avec respectivement 32.000 et 27.000 livraisons.

Tesla encore loin devant – Les trois constructeurs profitent de la croissance du marché chinois, soutenu notamment par des aides publiques. Pour autant, leurs ventes cumulées restent inférieures à celles de Tesla, qui a livré plus de 120.000 berlines l’an passé dans le pays. La marque américaine a massivement investi en Chine, en particulier avec l’ouverture fin 2019 de sa première usine à Shanghai, qui lui permet d’abaisser les coûts de production du Model 3. Depuis fin décembre, Tesla y produit également son Model Y, dont les premières livraisons ont eu lieu en début de semaine.

Et maintenant l’Europe ? – Forts de leurs premiers succès domestiques, les constructeurs chinois ambitionnent désormais de s’implanter en Europe. En décembre, Xpeng a ainsi exporté ses 100 premières voitures vers la Norvège, “une première étape pour devenir une marque véritablement internationale”. Son rival Nio pourrait suivre la même voie dès cette année, en commençant par le Danemark. Selon la presse chinoise, il viserait 7.000 ventes en deux ans sur le Vieux continent. À terme, les deux constructeurs n’excluent pas d’ouvrir des usines en Europe – comme s’apprête à le faire Tesla à Berlin. L’accès au marché américain semble, en revanche, beaucoup plus illusoire.

Pour aller plus loin:
– Grâce à de nouvelles batteries, Tesla promet de casser les prix
– Northvolt lève 600 millions de dollars pour lancer une gigafactory européenne


No Comments Yet

Comments are closed

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Votre rendez-vous quotidien pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !