Le dilemme d’Apple face à la révolte des géants tech chinois

Par , publié le 21 mars 2021

Habitué à être en position de force, grâce à la puissance de son écosystème mobile, Apple se retrouve dans une situation très délicate en Chine. Qui pourrait se transformer en véritable dilemme face aux volontés des géants tech du pays de contourner ses nouvelles règles sur le pistage publicitaire. Certes, le groupe à la pomme a déjà menacé les potentiels rebelles de retirer leurs applications de l’App Store. Mais sa marge de manœuvre semble en réalité limitée, sous peine de susciter une réponse du gouvernement chinois et d’appauvrir sa position concurrentielle sur le marché des smartphones.

Consentement des utilisateurs – Ces nouvelles règles prévoient que les applications devront obtenir l’autorisation des utilisateurs pour suivre à la trace leurs comportements. Il est très probable que la grande majorité refuse. Du jour au lendemain, l’écosystème publicitaire serait alors privé d’un rouage essentiel, qui permet d’afficher des annonces mieux ciblées, mais aussi de mesurer leur efficacité. Face à la menace sur les recettes du secteur, l’association chinoise de la publicité (CAA) a développé une alternative, baptisée CAID, rapporte le Financial Times. Ce système ne réclamera pas le consentement des utilisateurs. Une violation des conditions d’utilisation de l’App Store, a déjà indiqué Apple.

Tencent et ByteDance – Mais la CAA a pour elle la force du nombre. Soutenu par le gouvernement chinois, le lobby regroupe plus de 2.000 membres. Sa solution est déjà testée par plusieurs mastodontes. Parmi eux: Tencent, le propriétaire de WeChat, le moteur de recherche Baidu et ByteDance, la maison mère de TikTok. Si les groupes chinois adoptent majoritairement le CAID, il sera difficile pour Apple de bloquer des centaines d’applications, notamment WeChat et Alipay, au cœur de la vie quotidienne de l’immense majorité de la population. D’autant plus que la société ne pourra pas compter sur le soutien de l’opinion publique, à la différence des pays occidentaux où le principal contestataire, Facebook, souffre d’une très mauvaise image de marque sur ces questions.

Une exception ? – Autre danger: une riposte des autorités, qui ont jusqu’ici relativement épargné Apple. Si les géants tech chinois se retrouvent depuis quelques mois dans le collimateur de Pékin, les changements apportés par le concepteur de l’iPhone ne concernent pas qu’eux. La menace est d’autant plus sérieuse que le CAID est proposé par une organisation soutenue par le gouvernement. Et que les tensions géopolitiques entre la Chine et les Etats-Unis restent toujours très fortes. Pour sortir de l’impasse, Apple pourrait décider de ne pas sanctionner les groupes chinois. Mais il créerait alors un précédent qui affaiblirait considérablement sa position hors de Chine. Et pousserait les développeurs occidentaux à adopter des alternatives similaires au CAID.

Pour aller plus loin:
– Pourquoi Facebook et Apple s’affrontent sur les données personnelles
Apple brise la barre des 100 milliards de dollars de chiffre d’affaires

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Votre rendez-vous quotidien pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !