Par , publié le 1 avril 2021

Les sanctions américaines commencent sérieusement à impacter l’activité de Huawei. Après avoir très bien résisté au premier semestre 2020, la société de Shenzhen a connu une fin d’année beaucoup plus difficile. Au quatrième trimestre, elle a même enregistré une baisse de son chiffre d’affaires. Du jamais vu depuis qu’elle publie ses résultats financiers. Ses recettes ont chuté de 11% sur cette période, pénalisées notamment par le plongeon des ventes de smartphones (-42% au quatrième trimestre, d’après les estimations du cabinet IDC).

Pénurie de composants – Huawei est ciblé par Washington, qui l’accuse d’espionnage au profit de Pékin. Les sanctions les plus fortes sont entrées en vigueur en septembre dernier. Concrètement, le groupe n’a plus accès à Android et au Play Store de Google, un handicap de poids pour séduire les consommateurs européens. Et il ne peut plus acheter des puces, des capteurs photo ou des écrans auprès de nombreux fournisseurs, américains et asiatiques. Même s’il avait constitué des réserves, Huawei pourrait bientôt manquer de composants, l’obligeant à réduire fortement sa production, en particulier pour les terminaux 5G. Cela commence déjà à se répercuter sur ses ventes en Chine.

Réseau 5G – Huawei souffre également sur le marché des équipements de réseau, le deuxième pilier historique de son activité. Sous la pression des Etats-Unis, la société a été exclue du déploiement du réseau 5G dans de nombreux pays, dont la France et le Royaume-Uni. Ailleurs, les sanctions américaines menacent sa compétitivité technologique et inquiètent les opérateurs. Ces derniers pourraient ainsi privilégier ses concurrents Ericsson, Nokia et Samsung. Huawei assure cependant disposer d’autres relais de croissance, en particulier son offre de cloud et les wearables.

Voitures électriques – Le groupe cherche aussi de nouvelles sources de recettes. Mi-mars, il a annoncé qu’il allait commencer à facturer des royalties aux fabricants de smartphones utilisant ses technologies 5G. Cela pourrait lui rapporter entre 1,2 et 1,3 milliard de dollars cette année. Huawei tente aussi de diversifier son activité. Il s’est ainsi lancé dans les onduleurs solaires, un élément essentiel pour convertir l’énergie photovoltaïque, ou encore dans les lidars, le système de lasers qui équipe les véhicules autonomes. Et des rumeurs persistantes circulent sur le développement d’une voiture électrique. L’agence Reuters évoque même le lancement d’un premier modèle dès cette année.

Pour aller plus loin:
– Huawei veut encore croire à un allègement des sanctions américaines
– Face aux sanctions américaines, Huawei vend sa marque Honor


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed