Par , publié le 10 mai 2021

Vingt ans après le séjour du millionnaire Dennis Tito à bord de la Station spatiale internationale (ISS), le tourisme spatial va entrer dans une nouvelle ère. Celle des vols commerciaux privés, terrain de bataille entre les milliardaires Jeff Bezos, Elon Musk et Richard Branson. Dans cette course de vitesse, c’est le fondateur d’Amazon qui tirera le premier: le 20 juillet, sa start-up Blue Origin doit transporter son premier client pour un vol suborbital aux portes de l’espace, à une centaine de kilomètres de la Terre. Cette date n’a pas été choisie au hasard, puisqu’elle marquera le 52ème anniversaire des premiers pas de l’Homme sur la lune.

11 minutes dans l’espace – La semaine dernière, ce premier ticket vers l’espace a été mis aux enchères. Le vainqueur, dont l’identité sera connue mi-juin, doit devenir le huitième touriste spatial de l’histoire. Ce vol touristique sera cependant le premier réalisé par une entreprise privée. Les précédents avaient en effet été assurés par la Roscosmos, l’agence spatiale russe, pour un prix estimé entre 20 et 25 millions de dollars. Entre 2001 et 2009, sept personnes ont voyagé à bord de la fusée Soyouz et passé une dizaine de jours en orbite dans l’ISS. Le client de Blue Origin ne doit, lui, rester que 11 minutes dans l’espace, avant que sa capsule ne regagne la Terre.

Au moins 200.000 dollars – Avant cette première, la société prévoit au moins deux autres vols de test. Son lanceur réutilisable New Shepard a déjà effectué 15 décollages depuis 2015. À quatorze reprises, il s’est reposé sans encombre sur son pas de tir. Il n’a cependant jamais réalisé de mission habitée. Blue Origin ambitionne par la suite de transporter jusqu’à six personnes par vol. Le coût du ticket n’a pas encore été officiellement annoncé, mais il devrait être supérieur à 200.000 dollars selon l’agence Reuters. L’entreprise travaille aussi sur un module lunaire, mais a récemment perdu un appel d’offres pour y acheminer des astronautes de la NASA.

Concurrence – SpaceX prévoit aussi de se lancer dans le tourisme spatial. La société d’Elon Musk doit d’abord réaliser un vol orbital en septembre. Puis acheminer trois passagers pour un séjour de dix jours à bord de l’ISS fin 2021, et mener une mission habitée vers la lune en 2023. Elle prévoit ensuite de multiplier les vols pour financer ses autres activités. Dans un premier temps, cependant, Virgin Galactic devrait être le principal rival de Blue Origin. Le modèle est différent: les clients voyageront à bord d’une navette. Mais le prix est similaire: 250.000 dollars. Accumulant les retards, le groupe fondé par Richard Branson ne cesse de repousser son premier vol commercial.

Pour aller plus loin:
– SpaceX va transporter des astronautes de la NASA sur la lune
– Jeff Bezos passe le relais à la tête d’Amazon


No Comments Yet

Comments are closed

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Votre rendez-vous quotidien pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !