Face à Amazon, Shopify renonce à prélever des commissions sur les applications

Par , publié le 30 juin 2021

Alors que les débats s’enflamment autour des commissions d’Apple et de Google, Shopify s’offre un joli coup. À partir d’août, l’éditeur canadien de solutions e-commerce va renoncer à une partie des sommes prélevées sur sa boutique d’applications. Les développeurs conserveront désormais l’intégralité de leurs recettes jusqu’à un million de dollars de vente par an. Puis reverseront 15% au-delà de ce seuil, contre 20% actuellement. Cette décision, qui n’aura qu’un impact très limité sur le chiffre d’affaires, doit permettre de séduire de nouveaux développeurs pour rendre la plateforme encore plus innovante et attractive.

1,7 million de marchands – Lancé en 2006, Shopify permet de créer très facilement une boutique en ligne. Et de gérer les commandes, les stocks ou encore les remboursements. La société revendique plus de 1,7 million de clients, qui paient un abonnement compris entre 29 et plusieurs milliers de dollars par mois. Sa solution attire les petits commerçants, mais aussi de grandes sociétés. Elle est notamment utilisée par Netflix pour sa nouvelle boutique de produits dérivés. L’App Store de Shopify compte environ 6.000 applications, qui permettent d’offrir des fonctionnalités supplémentaires. Par exemple, pour se connecter avec des services de paiement, d’envoi postal ou de logistique.

Accélération – L’épidémie de coronavirus a donné un coup de fouet à l’activité de Shopify. Contraints de fermer leurs portes, les magasins ont basculé en ligne. En France, le nombre de créations de nouvelles boutiques a ainsi augmenté de 61% l’an passé. Et le volume de transactions a bondi de 119%. Au niveau mondial, le chiffre d’affaires, tiré des abonnements et des commissions sur les paiements, a grimpé de 89%, à 2,9 milliards de dollars. L’entreprise est même devenue rentable. Malgré la réouverture progressive des économies, “l’accélération du e-commerce continue”, assure Emilie Benoit-Vernay, responsable de la société en France. Notamment parce qu’“une barrière psychologique est tombée” chez de nombreux commerçants.

Anti-Amazon – Le modèle de Shopify est souvent opposé à celui d’Amazon, dont la place de marché (marketplace) permet également à des entreprises de facilement vendre leurs produits en ligne. Le géant du commerce en ligne est plus cher: il prélève des commissions allant de 7% à 20% sur chaque achat. Mais il donne aussi accès à des centaines de millions de clients potentiels. Pour lutter contre Amazon, Shopify multiplie les partenariats. Avec Google pour faire apparaître les produits de ses marchands dans les résultats de recherche. Avec Walmart pour intégrer ces articles dans sa marketplace. Ou encore Facebook et Instagram pour la création de boutiques dédiées.

Pour aller plus loin:
– Comment Amazon est devenu un poids lourd de la publicité
– Valorisation record pour Stripe, qui détrône Facebook

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Votre rendez-vous quotidien pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !