En levant 680 millions de dollars, Sorare pulvérise les records de la French Tech

Par , publié le 21 septembre 2021

La levée de fonds était dans les tuyaux depuis le début de l’été, elle est désormais officielle. Et elle n’a pas déçu. Avec 680 millions de dollars (576 millions d’euros) récoltés, notamment auprès du géant japonais Softbank, Sorare signe un record pour une société tech française, dépassant nettement la précédente marque de référence établie en mai par Contentsquare. Sa valorisation de 4,3 milliards est également historique pour l’écosystème français. Spécialisée dans les cartes virtuelles de joueurs de football à collectionner et à échanger, la start-up surfe en particulier sur l’euphorie autour des NFT (non-fungible tokens ou jetons non fongibles), qui a dopé son chiffre d’affaires.

Panini 2.0 – L’aventure Sorare est partie d’une idée toute simple: réinventer les fameuses cartes Panini. Pour les faire entrer dans l’ère du numérique, la société les a combinées à une fantasy league, une ligue virtuelle où les joueurs composent des équipes pour s’affronter. Des points leur sont attribués en fonction des performances réelles de leurs footballeurs. Les plus performants remportent des cartes plus rares ou des gains en cryptomonnaies. Ce concept, déjà bien implanté aux Etats-Unis, devient de plus en plus populaire en Europe. En France, le jeu Mon Petit Gazon revendiquait l’an passé 1,6 million d’adeptes. Sorare est moins populaire, avec 600.000 utilisateurs.

250.000 euros pour une carte – Le coup de génie de l’entreprise, c’est d’avoir combiné son jeu, somme toute peu innovant, avec les NFT. Ces actifs numériques, fonctionnant grâce à la blockchain, rencontrent un succès grandissant. Uniques et identifiables, ils permettent de collectionner des œuvres d’art ou des clips sportifs. Chaque saison, Sorare met ainsi aux enchères 1.111 cartes spéciales par joueur de football, ayant différents niveaux de rareté. Chacune de ses cartes est numérotée. Et peut être revendue sur une place de marché. En raison de leur rareté, leur prix peut parfois s’envoler: 250.000 euros l’an dernier pour Cristiano Ronaldo. La plateforme permet ainsi de spéculer sur la valeur future des cartes, par exemple en pariant sur de jeunes joueurs en devenir.

D’autres sports à venir – L’attrait pour les NFT a fait bondir l’activité de Sorare, qui vise un chiffre d’affaires de 100 millions de dollars cette année. Pour profiter du phénomène, la société multiplie les partenariats avec les clubs et les ligues professionnelles, leur reversant une commission sur la vente de cartes. Avec cette levée de fonds, l’entreprise souhaite augmenter ce type d’accord pour intégrer le maximum d’équipes. Elle s’est fixée pour objectif de convaincre les 20 plus grands championnats au monde. Surtout, elle vise d’autres sports. Sorare va ainsi ouvrir un bureau aux Etats-Unis pour répliquer son modèle avec les grandes ligues américaines (NFL, NBA…). Un marché potentiellement immense qui ne manquera pas d’attirer de nouveaux rivaux.

Pour aller plus loin:
– Avec Believe, la French Tech se lance en Bourse
– Contentsquare lève 500 millions de dollars, un record en France

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité