Avec son nouveau smartphone responsable, Fairphone veut élargir son public

Par , publié le 15 novembre 2021

Un smartphone plus éthique et durable. C’est la promesse du Fairphone 4, commercialisé depuis la semaine dernière en France. Huit ans après ses débuts, la société néerlandaise éponyme espère franchir un palier avec ce nouveau modèle, plus cher que son prédécesseur mais aussi plus proche des standards du marché. Plutôt bien accueilli par la presse spécialisée, l’appareil souffre toujours de la comparaison avec les smartphones se trouvant dans la même gamme de prix. “Notre démarche a un coût”, justifie Luke James, responsable des ventes et des partenariats de la marque.

Approvisionnement – Le projet Fairphone est né au début des années 2010. Il s’agit d’abord d’un documentaire sur les minerais provenant de zones de conflit. Il se transforme en entreprise en 2013. Objectif: “créer un marché pour les appareils responsables et éthiques et ainsi servir d’inspiration pour l’ensemble de l’industrie”, indique Luke James. Fairphone insiste sur l’approvisionnement en matériaux, qui proviennent majoritairement de sources “responsables”. La société assure aussi privilégier les fournisseurs qui offrent de meilleures conditions de travail à leurs salariés. Elle s’engage par ailleurs à recycler un smartphone pour chaque appareil vendu.

Facile à réparer – Fairphone met également en avant la réparabilité de son téléphone. Contrairement à ses rivaux, le Fairphone 4 peut facilement être démonté pour changer la batterie ou un autre composant défectueux. La société affiche une garantie de cinq ans et promet des mises à jour d’Android pendant la même durée. “Nous souhaitons que nos utilisateurs gardent leurs smartphones le plus longtemps possible”, assure Luke James. Ainsi, poursuit-il, “le Fairphone 4 ne vise pas les possesseurs du Fairphone 3”, sorti en 2019. Par rapport à son prédécesseur, ce nouveau modèle limite les concessions technologiques. Il est aussi compatible avec la 5G.

Public plus large – Depuis son lancement en 2013, Fairphone a écoulé 340.000 unités, dont la moitié en Allemagne et 20% en France. Une goutte d’eau. L’an passé, plus de 1,3 milliard de smartphones ont été vendus dans le monde, selon les estimations du cabinet Gartner. Avec son quatrième modèle, la marque néerlandaise espère désormais toucher un public plus large: tous ceux qui aimeraient acheter responsable mais qui ne souhaitent pas faire trop de concessions en termes de performances. Malgré ses faibles volumes, l’entreprise assure gagner de l’argent. “C’est important de montrer que notre modèle peut être rentable”, souligne Luke James.

Pour aller plus loin:
– Bruxelles veut imposer un chargeur universel pour les smartphones
– Avec ses nouveaux iPhone, Apple veut poursuivre son “super cycle”

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité