Les smartphones 5G décollent… mais pas les abonnements

Par , publié le 16 mars 2022

Trois ans après le lancement du premier modèle, les smartphones 5G représentent désormais la majorité des ventes. En janvier, 51% des terminaux écoulés dans le monde étaient ainsi compatibles avec la dernière génération de l’Internet mobile, selon les estimations du cabinet Counterpoint Research. Cette première s’explique en partie par la baisse du prix des puces 5G, qui peuvent désormais être intégrées à des smartphones de milieu de gamme, voire d’entrée de gamme. Mais si les consommateurs sont de plus en plus nombreux à posséder un appareil compatible, ils ne se ruent pas encore sur les abonnements 5G, qui peinent toujours à décoller.

20 dollars – D’abord réservée aux modèles les plus chers, la 5G est depuis devenue une fonctionnalité indispensable sur le segment haut de gamme. Apple l’a, par exemple, ajoutée à ses iPhone fin 2020. La technologie commence également à se généraliser dans le milieu de gamme, sous l’impulsion notamment des fabricants chinois comme Xiaomi, Oppo et Vivo. En revanche, elle reste encore très peu présente sur les smartphones à moins de 200 euros. Mais cette situation devrait rapidement évoluer, prédit le cabinet Counterpoint, qui souligne que le coût des composants 5G devrait être divisé par deux cette année, pour tomber à seulement 20 dollars.

L’Europe à la traîne – D’après le baromètre annuel d’Ericsson, la 5G totalisait 660 millions de clients fin 2021. C’est près de 400 millions de plus sur un an. Mais cette performance doit être relativisée. D’abord, parce que ce chiffre ne représente que 8% du parc total d’abonnements. Ensuite, parce que cette croissance est essentiellement tirée par la Chine, qui cumule 70% des abonnés. Si les Etats-Unis commencent à rattraper leur retard – même si certains opérateurs proposent de la “fausse” 5G -, l’Europe est très loin derrière. Moins de 6% des utilisateurs de smartphones ont souscrit à un forfait 5G. En France, où les opérateurs se refusent à publier des chiffres, cette proportion serait encore plus faible.

Triple handicap – Le démarrage de la 5G est limité par trois facteurs. D’abord, le prix des forfaits, généralement plus élevé. Ensuite, la faible couverture du territoire. En France, par exemple, moins de 10% des antennes-relais sont raccordées à la “vraie” 5G. Même dans les grandes villes, où le déploiement est plus rapide, la continuité du service n’est pas assurée partout. Enfin, une proposition de valeur encore insuffisante. Si les opérateurs insistent beaucoup sur le gain de vitesse, celui-ci est difficilement perceptible pour l’immense majorité des usages. Et les nouvelles applications, comme la réalité augmentée ou le cloud gaming, sont encore trop peu développées.

Pour aller plus loin:
– Pourquoi la 5G ne décolle toujours pas en France
– Aux Etats-Unis, le déploiement de la 5G alarme les compagnies aériennes

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Chaque vendredi, l'actu French Tech décryptée

Infos, analyses, tableau de bord: le rendez-vous hebdomadaire pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !