Softbank coupe ses investissements dans les start-up

Par , publié le 15 mai 2022

Rattrapé par des pertes historiques, Softbank limite sévèrement ses investissements dans les start-up. Entre janvier et mars, le conglomérat japonais n’a injecté “que” 2,5 milliards de dollars dans des jeunes pousses. C’est quatre fois moins que lors des trois mois précédents. Une cure d’austérité qui va se poursuivre, a prévenu son fondateur et patron Masayoshi Son. Sur l’ensemble de l’exercice en cours, qui a commencé en avril, les sommes investies par Softbank devraient ainsi chuter de 50% à 75% par rapport à 2021. Une mauvaise nouvelle de plus pour l’écosystème tech, déjà secoué par le plongeon des valeurs boursières.

Méga-levées – Lancé en 2017 avec une enveloppe de 100 milliards de dollars, le Vision Fund de Softbank est devenu en cinq ans un acteur incontournable pour les start-up. Le véhicule d’investissement a participé à près de 200 levées de fonds l’an passé. Il a notamment mené de nombreuses méga-levées, d’un montant supérieur à 100 millions de dollars. Et contribué à faire s’envoler les valorisations. Après des débuts difficiles, marqués notamment par le fiasco WeWork, le Vision Fund avait redressé la barre. L’euphorie des marchés pour les sociétés technologiques lui avait même permis d’engranger des profits records entre le printemps 2020 et l’automne 2021.

Pertes abyssales – Depuis, la situation s’est renversée. Sous l’effet du resserrement de la politique monétaire américaine et de l’offensive de la Chine contre ses géants du numérique, la valeur de ses nombreux investissements a plongé. Lors de son dernier exercice, le Vision Fund a ainsi accusé une perte comptable abyssale: 3.500 milliards de yens (26 milliards d’euros). Ces mauvaises performances ont été précipitées par les difficultés boursières de l’e-marchand sud-coréen Coupang ou encore de la “super app” singapourienne Grab. Elles s’expliquent aussi par la mauvaise passe des valeurs chinoises. Et plus particulièrement de Didi, la plateforme de voitures avec chauffeur, ciblée depuis des mois par Pékin.

Impact sur la French Tech ? – Dans le même temps, le Vision Fund a également abaissé la valeur comptable de ses participations dans plusieurs sociétés non cotées – reconnaissant que leur valorisation ne se justifiait plus. En attendant des jours meilleurs, Softbank a donc choisi de revoir ses ambitions à la baisse. À l’image de Tiger Global, autre investisseur boulimique, le groupe japonais pourrait notamment se détourner des start-up les plus matures, celles qui nécessitent des sommes importantes et des valorisations élevées. Le repli de ses investissements pourrait aussi avoir un impact sur la French Tech, dans laquelle le Vision Fund a beaucoup investi depuis un peu plus d’un an.

Pour aller plus loin:
– La spectaculaire dégringolade boursière des valeurs tech
– Forte baisse des levées de fonds de la French Tech

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Dès 7h30, prenez un temps d’avance: les informations essentielles analysées et mises en perspective, directement dans votre boîte e-mail