L’offensive de Netflix dans le jeu vidéo tarde à porter ses fruits

Par , publié le 28 septembre 2022

Les abonnés de Netflix ne se ruent pas encore sur les jeux mobiles que propose la plateforme de streaming depuis près d’un an. Selon une étude menée par le cabinet Forrester et publiée mardi, seulement 5% d’entre eux ont effectué au moins une partie au cours des 30 derniers jours. Plus de la moitié des personnes interrogées se disent absolument pas intéressées par ce nouveau service. Ces chiffres confirment les données d’Apptopia, qui estime que le catalogue de jeux attire moins de deux millions d’utilisateurs par jour – même pas 1% de la base d’abonnés.

Franchises maison – Malgré ces débuts difficiles, la société californienne ne baisse pas les bras. Lundi, elle a ainsi annoncé l’ouverture d’un studio de développement à Helsinki, qui sera dirigé par un ancien de Zynga. Une première pour Netflix, qui n’avait jusqu’à présent procédé que par acquisitions, avec trois studios rachetés depuis fin 2020. La plateforme propose désormais une trentaine de jeux mobiles à ses abonnés, principalement des titres casuals destinés à toucher un public très large. Elle espère cependant développer son offre, notamment en s’appuyant sur les franchises maison à succès comme Stranger Things. “Nous ne sommes qu’au début”, promet Amir Rahimi, responsable des studios, tout en rappelant que la conception de nouveaux jeux “prend des années”.

Pertes d’abonnés – L’offensive de Netflix dans le jeu vidéo intervient à un moment charnière pour le leader du streaming vidéo. Sur les six premiers mois de l’année, il a en effet accusé une baisse de son nombre d’abonnés, du jamais vu depuis plus de dix ans. Un repli certes modeste – un peu plus d’un million de clients perdus sur un parc de 220 millions. Mais un repli qui renforce les doutes sur sa capacité à poursuivre sa croissance sur un marché de plus en plus compétitif. D’autant plus que la société ne se considère plus seulement en concurrence avec Disney+ ou Prime Video, mais aussi avec TikTok et Epic Games, l’éditeur du populaire jeu Fortnite, avec lesquels elle se dispute le temps disponible, notamment des adolescents.

Proposition de valeur – Si Microsoft ou Amazon tentent de créer le “Netflix du jeu vidéo”, avec leurs services Game Pass et Luna, ce n’est pas le cas du groupe californien. Son offre de jeux n’a en effet pas vocation à être une offre à part entière, suffisamment étoffée pour justifier un autre abonnement mensuel – cela nécessiterait d’importants investissements. Elle doit simplement s’ajouter au catalogue de films et séries. Et ainsi enrichir et différencier la proposition de valeur, en particulier sur certains marchés saturés. L’objectif n’est pas forcément d’attirer de nouveaux abonnés, mais surtout éviter d’en perdre davantage. Cela pourra aussi aider Netflix à justifier d’éventuelles hausses de prix, une stratégie que la société a promis de poursuivre.

Pour aller plus loin:
– Pour la première fois en dix ans, Netflix perd des abonnés
– Netflix souhaite faire payer le partage de compte

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Dès 7h30, prenez un temps d’avance: les informations essentielles analysées et mises en perspective, directement dans votre boîte e-mail