Pourquoi Elon Musk se résigne à racheter Twitter

Par , publié le 4 octobre 2022

Il n’y aura pas de procès entre Twitter et Elon Musk. Alors qu’il ne souhaitait plus dépenser 44 milliards de dollars pour mettre la main sur le réseau social, le patron de Tesla a changé d’avis. Dans un courrier envoyé lundi, et rendu public mardi, il annonce son intention de “procéder à la conclusion de l’opération”. Cette spectaculaire volte-face, deux semaines avant les premières audiences, s’explique par la position de faiblesse du milliardaire, mal embarqué pour obtenir gain de cause. Cela devrait être la conclusion d’un rocambolesque feuilleton, qui aura d’abord vu Twitter refuser d’être racheté, mettant en place une pilule empoisonnée. Puis attaquer Elon Musk en justice pour être… racheté.

44 milliards de dollars – D’abord repoussée, l’offre du milliardaire avait finalement été acceptée fin avril par le conseil d’administration de Twitter. Les 44 milliards de dollars qu’ils proposent apparaissent désormais très élevés, suite au plongeon des valeurs technologiques en Bourse. Très vite cependant, Elon Musk a entretenu le doute sur ses véritables intentions, sous prétexte que la société avait largement sous-estimé le nombre de faux comptes. Après avoir demandé un accès à des données internes pour vérifier les chiffres officiels, il avait annoncé début juillet qu’il renonçait au rachat. Twitter avait alors immédiatement saisi la justice du Delaware pour l’obliger à procéder à l’opération.

“Impact significatif” – Les experts du droit américain des affaires s’accordaient à dire que le patron de Tesla n’était pas en position de force. Ses avocats devaient d’abord démontrer que le nombre de faux comptes est supérieur aux données communiquées par le réseau social au gendarme boursier américain. Elon Musk avance régulièrement le chiffre de 20% de faux comptes. Mais cette estimation, réalisée par l’outil SparkToro, porte sur l’ensemble des inscrits, quand Twitter se base sur le nombre d’utilisateurs actifs “monétisables”. Dans un deuxième temps, le camp Musk aurait dû prouver qu’une éventuelle erreur sur le nombre de faux comptes aurait eu un “impact significatif” sur les futurs profits de l’entreprise.

Nouveau front – Devant cette impasse, les avocats d’Elon Musk espéraient bien profiter des révélations de Peiter Zatko, l’ancien responsable de la sécurité qui accuse Twitter de défaillances “extrêmes et choquantes” en matière de sécurité. La juge chargée du dossier avait bien accepté de considérer ces nouveaux éléments. Mais, là aussi, la tâche s’annonçait extrêmement complexe. Il aurait fallu démontrer que l’entreprise a volontairement ignoré ces défaillances. Puis, que ces dernières auront un“impact significatif” sur les futures performances financières de l’entreprise. Elon Musk a préféré éviter un procès long et potentiellement embarrassant. Sauf nouveau rebondissement, il sera donc bientôt à la tête de Twitter.

Pour aller plus loin:
– Elon Musk à nouveau dans le collimateur du gendarme boursier américain
– Ambitieux ou irréaliste ? Comment Elon Musk veut relancer Twitter

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Dès 7h30, prenez un temps d’avance: les informations essentielles analysées et mises en perspective, directement dans votre boîte e-mail