Par , publié le 29 novembre 2022

À la recherche d’économies, Amazon va fermer plusieurs services en Inde. Un marché gigantesque sur lequel le géant américain du commerce en ligne affichait pourtant d’immenses ambitions. Concrètement, la société va d’abord arrêter sa plateforme de livraison de repas, lancée il y a deux ans. Elle va interrompre son offre de commerce de gros, destinée aux petits commerçants. Et elle va fermer l’été prochain sa plateforme d’éducation en ligne. Selon l’agence Bloomberg, Amazon devrait également mettre un terme à des projets internes en phase de tests. Une centaine de salariés indiens devraient être licenciés, sur environ 10.000 – hors entrepôts et logistique.

Pas rentable – L’Inde fait partie des priorités stratégiques d’Amazon. Car le marché est immense: environ 700 millions d’internautes, selon le cabinet Kantar. Et la part du commerce en ligne, encore faible, devrait grimper ces prochaines années. Après son échec en Chine, l’e-marchand a donc investi plus de 7 milliards de dollars dans le pays pour gagner des parts de marché. Il a aussi diversifié son activité, se lançant notamment dans le paiement mobile. Malgré un bond de ses ventes et un repli de ses pertes, Amazon n’a pas encore atteint la rentabilité en Inde, soulignent les analystes de Bernstein. Cela s’explique en partie par un panier moyen d’environ dix dollars, qui comprend peu d’articles à fortes marges, comme la mode et les produits électroniques.

Nouveaux concurrents – Selon les estimations de Bernstein, Amazon occupe la deuxième position du marché, avec un volume d’affaires annuel compris entre 18 et 20 milliards de dollars. Le groupe reste devancé par Flipkart, majoritairement détenu par son rival américain Walmart. Surtout, il doit affronter de nouveaux concurrents, dont Reliance, le premier distributeur physique du pays. Depuis trois ans, la société du milliardaire Mukesh Ambani, deuxième fortune d’Asie, a lancé une grande offensive dans le commerce en ligne. Avec succès: son volume d’affaires se chiffre désormais à 15 milliards de dollars. Autre rival: Meesho, une start-up soutenue par Softbank. Les analystes de Bernstein notent que ces deux acteurs gagnent rapidement des parts de marché.

Niveau d’investissement – Amazon est pénalisé par des réglementations défavorables aux e-marchands étrangers. Depuis 2018, le groupe n’a plus le droit de détenir son propre inventaire, opérant uniquement comme une marketplace, ce qui limite sa capacité à faire baisser les prix et à offrir des promotions… alors même que Reliance a opté pour une stratégie tarifaire particulièrement agressive. Si le groupe a seulement fermé des services peu utilisés, la question de son niveau d’investissement en Inde se pose désormais. En juin, il avait déjà renoncé à enchérir sur les droits de diffusion de l’IPL, la principale compétition de cricket, finalement acquis par… Reliance. Un premier signe. Et depuis, Amazon a lancé un plan d’économies, pour s’adapter au ralentissement de sa croissance.

Pour aller plus loin:
– En Inde, Amazon menacé par l’homme le plus riche d’Asie
– Pourquoi les géants de la tech se disputent le cricket indien


No Comments Yet

Comments are closed

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Dès 7h30, prenez un temps d’avance: les informations essentielles analysées et mises en perspective, directement dans votre boîte e-mail