Par , publié le 17 janvier 2023

Dix ans et toujours pas de profits. En raison de gigantesques investissements, Google continue de perdre beaucoup d’argent dans le cloud, un marché sur lequel il reste encore loin derrière Amazon et Microsoft. Et de restructurer ses équipes dirigeantes. La semaine dernière, la division a dévoilé une nouvelle organisation de sa stratégie de vente, débouchant notamment sur le départ de la principale responsable commerciale aux Etats-Unis. Sur les neuf premiers mois de 2022, Google Cloud a accusé une perte opérationnelle de 2,5 milliards de dollars. Un déficit en hausse, malgré une progression de 39% du chiffre d’affaires. “Nous investissons sur la croissance à long terme”, justifie Ruth Porat, la directrice financière du moteur de recherche.

Six ans de retard – Depuis dix ans, le géant de Mountain View tente de combler son retard au démarrage. Il ne s’est lancé qu’en 2012 dans le cloud d’infrastructures, qui permet à des entreprises et administrations de louer des serveurs plutôt que de bâtir leur propre infrastructure informatique. Six ans après les débuts d’Amazon Web Services (AWS), l’un des pionniers du secteur. Et aussi deux ans après les premiers pas de Microsoft Azure. Google n’a passé la vitesse supérieure qu’en 2015 avec l’arrivée de Diane Greene, une star de la Silicon Valley, pour prendre la tête de l’ensemble de ses activités dans le cloud. Elle a été remplacée en 2019 par un autre dirigeant vedette, Thomas Kurian, un ancien d’Oracle qui a depuis changé beaucoup de choses.

Parts de marché – Google est parti avec d’importants handicaps sur ses deux concurrents directs. Premier à se lancer, Amazon a bénéficié d’une avance considérable, en matière de fonctionnalités, d’implantation géographique, de crédibilité… Microsoft a tiré profit de dizaines années de relations commerciales avec les entreprises. Au départ, le moteur de recherche a surtout attiré les start-up américaines – Snapchat a ainsi été l’un de ses premiers clients. Il est ensuite parti à l’assaut de gros clients, offrant souvent des conditions très avantageuses, pour renforcer son image de marque. Ces dernières années, la société a multiplié les fonctionnalités. Sa part de marché atteint désormais 11%, selon les estimations du cabinet Synergy. C’est deux fois plus qu’il y a quatre ans.

20 milliards de pertes – Pour s’imposer sur ce marché en forte croissance, Google n’a pas hésité à investir massivement, en particulier pour ouvrir des dizaines de data centers un peu partout dans le monde. Ces projets coûtent très cher: 750 millions de dollars par exemple pour son dernier site en construction. La société a aussi embauché massivement. Selon l’agence Bloomberg, la division cloud comptait 37.000 employés en 2021, soit un quart de l’ensemble des effectifs. Ces importants coûts se traduisent par de très lourdes pertes. Depuis 2018, Google a accusé un déficit opérationnel de 20 milliards de dollars dans le cloud – en incluant aussi sa suite bureautique Workspace. Sur la même période, AWS a réalisé un bénéfice opérationnel de 66 milliards de dollars.

Pour aller plus loin:
Microsoft promet des concessions dans le cloud
– Face aux géants américains, la France lance son “cloud de confiance”


No Comments Yet

Comments are closed

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Dès 7h30, prenez un temps d’avance: les informations essentielles analysées et mises en perspective, directement dans votre boîte e-mail