Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

 

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Le temps d’un café, l’actu tech décryptée

Dès 7h30, l’essentiel de l’info analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

Par , publié le 24 septembre 2020

Pour les critiques d’Apple, le temps est venu d’unir leurs forces. Après avoir attaqué tour à tour les règles de l’App Store, la boutique d’applications mobiles du groupe à la pomme, les voilà désormais réunis au sein d’un lobby, la Coalition for App Fairness. Regroupés derrière Spotify et Epic Games, le créateur du jeu Fortnite, ils espèrent ainsi peser davantage pour obtenir des changements, alors que leurs arguments semblent désormais avoir l’oreille des régulateurs dans plusieurs pays.

Commission de 30% – L’organisation espère aussi rallier à son combat d’autres développeurs, en particulier ceux qui ne souhaitaient pas se lancer seuls de peur de représailles d’Apple. Elle compte 13 membres, comme le français Deezer, le spécialiste des rencontres en ligne Match ou encore la start-up Basecamp, dont l’application d’e-mails avait été retirée de l’App Store en juin. Les contestataires dénoncent la commission de 30% prélevée sur chaque achat, l’impossibilité d’utiliser d’autres plates-formes de distribution et de paiement ou encore des pratiques anti-concurrentielles visant notamment à favoriser les services maison.

Apple inflexible – Face aux critiques, Apple souligne régulièrement que l’App Store a joué un rôle primordial dans la création d’une “app economy”. En 2019, sa boutique aurait ainsi généré plus de 500 milliards de dollars de chiffre d’affaires pour les développeurs. La société assure que ses règles visent avant tout à créer “un environnement sûr et sécurisé”. Et elle répète que celles-ci ne changeront pas. Les concepteurs d’applications ne peuvent, donc, que les accepter. Sous peine de se priver de la partie la plus lucrative des utilisateurs de smartphones et de tablettes.

Multiples enquêtes – Pour obtenir gain de cause, les membres de la coalition veulent occuper le terrain médiatique. Plus ils communiquent, plus ils peuvent sensibiliser les pouvoirs publics. Quite parfois à provoquer un conflit, comme l’a fait Epic cet été, en introduisant son propre système de paiement sur Fortnite. La tactique fonctionne. Début septembre, l’Australie a officiellement ouvert une enquête sur les boutiques d’applications d’Apple et de Google. En Allemagne, les autorités disent suivre le dossier. Saisie par Spotify, la Commission européenne avait aussi lancé une enquête sur l’App Store. Et aux Etats-Unis, le département de la Justice et plusieurs Etats pourraient bientôt suivre.


Chaque matin, l’essentiel de l’actualité tech analysée et mise en perspective directement dans votre boîte e-mail

No Comments Yet

Comments are closed