Sanctionné par les Etats-Unis, Huawei affiche une chute de son chiffre d’affaires

Par , publié le 28 mars 2022

La chute est spectaculaire. Ciblé par Washington, Huawei a accusé un repli de 29% de son chiffre d’affaires en 2021, la première année complète depuis l’entrée en vigueur des sanctions les plus fortes. Depuis qu’elle publie ses résultats financiers, la société de Shenzhen n’avait encore jamais connu une baisse de ses recettes annuelles. Cette première s’explique principalement par le plongeon de ses ventes de smartphones, tombées quasiment à zéro hors de Chine. Malgré tout, ses profits ont bondi de 76% l’an passé, pour atteindre 114 milliards de yuans (16 milliards d’euros). Une performance en trompe-l’œil cependant, qui s’explique principalement par la vente de sa marque Honor.

Stocks épuisés – Accusé d’espionnage, Huawei a été placé en septembre 2020 sur une liste noire par les Etats-Unis, lui interdisant toute relation commerciale avec l’immense majorité des fabricants de composants. La société, qui venait tout juste de ravir la première place du marché des smartphones à Samsung, a dû réduire la voilure. Au-delà de la cession d’Honor, elle a aussi renoncé à rafraîchir sa gamme Mate. Les importants stocks constitués avant l’entrée en vigueur des sanctions sont épuisés ou presque. C’est notamment le cas pour les puces 5G, ce qui pénalise ses ventes en Chine. Ailleurs, l’absence d’Android, remplacé par le système maison Harmony OS, représente le plus gros handicap.

Réseau 5G – À cause du plongeon des ventes de smartphones, les recettes de sa division grand public ont été divisées par deux en 2021. Seul point positif, Huawei assure que ses autres produits (PC, écouteurs, montres…) ont enregistré une hausse de 30% de leurs ventes. La société souffre aussi sur le marché des équipements de réseau, le deuxième pilier historique de son activité, qui a connu un repli de 7% de son chiffre d’affaires. Sous la pression des Etats-Unis, elle a été exclue du déploiement du réseau 5G dans de nombreux pays. Ailleurs, les sanctions américaines menacent sa compétitivité technologique. Les opérateurs télécoms commencent ainsi à privilégier ses concurrents Ericsson, Nokia et Samsung.

Voitures électriques – Les performances de sa division cloud ne sont guère plus rassurantes, avec une croissance limitée à 2%. Pour survivre, Huawei mise sur de nouvelles activités. Le groupe s’est lancé dans les onduleurs solaires, un élément essentiel pour convertir l’énergie photovoltaïque, ou encore dans les lidars, le système de lasers qui équipe les véhicules autonomes. Il vise aussi le marché des voitures électriques: en décembre, il a lancé un premier modèle, conçu avec le constructeur sino-américain Seres. “Nous allons continuer à investir massivement dans la R&D”, a promis lundi Meng Wanzhou, la directrice financière, de retour aux affaires après trois ans d’assignation à résidence au Canada.

Pour aller plus loin:
– Comment Huawei tente de déjouer les sanctions américaines
– L’incroyable come-back d’Honor, la marque cédée par Huawei

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Chaque vendredi, l'actu French Tech décryptée

Infos, analyses, tableau de bord: le rendez-vous hebdomadaire pour ne rien rater et tout comprendre. Essayez, c’est gratuit !