Pour Elon Musk, racheter Twitter s’annonce difficile

Par , publié le 18 avril 2022

La guerre est déclarée entre Elon Musk et Twitter. Suite à l’offre de rachat lancée jeudi dernier par le patron de Tesla et de SpaceX, le conseil d’administration du réseau social a riposté dès le lendemain, en adoptant une “pilule empoisonnée”. Cette disposition va grandement compliquer la tâche du milliardaire qui propose 43 milliards de dollars (39,8 milliards d’euros) pour mettre la main sur la société, qu’il accuse régulièrement de ne pas respecter la liberté d’expression. Et dont il est devenu début avril le premier actionnaire. À Wall Street d’ailleurs, les investisseurs doutent que l’opération puisse aboutir: l’action de Twitter reste bien en dessous des 54,20 dollars offerts par Elon Musk.

Pilule empoisonnée – Pour se défendre, les dirigeants du réseau à l’oiseau bleu ont opté pour une mesure classique, baptisée “pilule empoisonnée”. Celle-ci prévoit de vendre des titres à prix cassé aux autres actionnaires si Elon Musk dépasse le seuil de 15% du capital – il détient actuellement 9,2%. Si les détails n’ont pas encore été rendus public, cela signifie concrètement que ce dernier devra racheter beaucoup plus d’actions, rendant l’opération bien plus coûteuse. Cette disposition est valable pour un an, mais pourrait ensuite être prolongée. Le milliardaire a la possibilité de contester sa validité devant la justice, arguant que le conseil d’administration n’agit pas, comme il est obligé de le faire, dans l’intérêt des actionnaires. Mais une telle procédure s’annonce longue.

Revoir le prix à la hausse – Pour sortir de l’impasse, Elon Musk pourrait aussi choisir d’ouvrir des négociations avec la société. Dans les deux cas de figure, il devra très certainement revoir sa proposition à la hausse – même s’il a assuré jeudi dernier que son offre de rachat était “sa meilleure et sa dernière”. Certes, les 54,20 dollars qu’il promet représentent une prime de 38% par rapport au cours de début avril, avant que ne soit révélée sa prise de participation. Mais son offre reste peu élevée. En octobre, avant le plongeon des valeurs tech, l’action de Twitter valait plus de 60 dollars. En juillet, elle s’échangeait au-delà des 70 dollars. L’offre est “loin de la valeur intrinsèque de Twitter”, a déjà réagi le fonds souverain saoudien, qui détient 4,4% du capital.

Quel financement ? – En admettant qu’Elon Musk augmente son offre, après avoir obtenu gain de cause devant la justice ou trouvé un accord avec Twitter, une question majeure demeure. Comment financer l’opération ? Une tâche compliquée même si le patron de Tesla dispose d’une fortune estimée à 250 milliards de dollars. Sa première option consisterait à revendre une grande partie de ses actions du constructeur automobile. Mais cela pèserait sur le cours boursier et se traduirait par une importante facture fiscale. Elon Musk pourrait aussi s’endetter auprès de banques, en utilisant ses actions Tesla comme garanties. Mais sa marge de manœuvre est limitée par les statuts de la société. Il pourrait ainsi être contraint de s’associer avec des fonds d’investissement pour faire baisser la facture.

Pour aller plus loin:
– Elon Musk devient le premier actionnaire de Twitter
– Jack Dorsey laisse son poste de directeur général de Twitter

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Dès 7h30, prenez un temps d’avance: les informations essentielles analysées et mises en perspective, directement dans votre boîte e-mail