Par , publié le 5 janvier 2023

Andy Jassy sort enfin du silence. Mercredi soir, le patron d’Amazon a officialisé un vaste plan de licenciements, touchant 18.000 salariés. C’est quasiment deux fois plus que les chiffres avancés en novembre par la presse américaine, que le géant du commerce en ligne n’avait jusqu’à présent jamais confirmé, provoquant de nombreuses spéculations en interne. C’est également le plus important plan social jamais mené par la société. Et le plus important réalisé par une société technologique américaine ces derniers mois. Ces suppressions de postes ne représentent, en revanche, qu’un peu plus de 1% des effectifs, qui ont doublé depuis 2019 pour atteindre 1,55 million, dont 350.000 employés de bureau.

Les entrepôts pas concernés – Une première vague de licenciements a déjà été menée en novembre. La prochaine aura lieu à la fin du mois de janvier. Trois activités sont particulièrement touchées. D’abord, la division “terminaux et services”, qui inclut l’assistant vocal Alexa et les enceintes connectées Echo. Celle-ci comptait en 2019 environ 10.000 employés, mais elle affiche aussi de très lourdes pertes – dix milliards de dollars l’an passé, selon Business Insider. Ensuite, le commerce physique, comme les chaînes de supermarchés Whole Foods, rachetée en 2017 pour près de 14 milliards de dollars, et Amazon Fresh, lancée il y a deux ans. Et enfin, le service des ressources humaines. Les entrepôts et la logistique ne seront pas affectés par ce plan social.

Croissance en berne – Dans un message adressé aux employés, Andy Jassy, qui a succédé à Jeff Bezos en 2021, avance deux justifications: le contexte économique incertain et le nombre de recrutements réalisés ces dernières années. Deux explications également citées par d’autres patrons du secteur. Rattrapé par la baisse des ventes en ligne et par l’inflation, Amazon a subi un net ralentissement de sa croissance. Sur les neuf premiers mois de 2022, son chiffre d’affaires n’a progressé que de 10%. Et son activité d’e-commerce hors des États-Unis a enregistré une baisse de ses recettes. Dans le même temps, ses coûts ont progressé rapidement, provoquant une forte chute du résultat opérationnel, passé sur la période de 21,4 milliards à 9,5 milliards de dollars.

Départs non remplacés – Avant de couper dans ses effectifs, Amazon a mis en place plusieurs mesures d’économies pour réduire ses dépenses. La société a abandonné plusieurs projets, comme son petit robot de livraison Scout, testé depuis trois ans. Ou encore son service de consultation médicale à distance. Elle a aussi fermé ou repoussé l’ouverture d’entrepôts et centres de distribution. Le groupe de Seattle a également gelé les embauches, d’abord dans son activité de commerce physique – plusieurs magasins déjà construits n’ont ainsi jamais ouvert leurs portes. Puis dans la majorité des divisions. Et dans les entrepôts, des dizaines de milliers de départs n’ont pas été remplacés. Pas assez pour satisfaire Wall Street: l’action d’Amazon a chuté de moitié depuis mars 2022.

Pour aller plus loin:
– Face à la baisse de ses ventes, Amazon ferme des entrepôts
– Pourquoi Amazon revoit ses ambitions à la baisse en Inde


No Comments Yet

Comments are closed

Contactez-nous  –  Politique de confidentialité

Le temps d'un café, l'actu tech décryptée

Dès 7h30, prenez un temps d’avance: les informations essentielles analysées et mises en perspective, directement dans votre boîte e-mail